BFMTV

Oscars: la lumière s'éteint pendant le discours de l'équipe de Parasite, la salle s'insurge

BFMTV

Le discours de l'équipe de Parasite a été interrompu. L'assemblée du Dolby Theater s'est insurgée.

Avec quatre Oscars, dont celui du meilleur film, Parasite est entré dans l'Histoire. Sur la scène du Dolby Theater, l'équipe du film de Bong Joon-ho a failli ne pas avoir le temps de savourer ce moment. 

"Je suis sans voix [...] On dirait qu'un moment très important dans l'histoire est en train de se jouer", s'est exclamée sur scène la productrice du film, Kwak Sin-ae, applaudie par le gratin de l'industrie du cinéma. Alors qu'elle venait de terminer son discours, la lumière s'est aussitôt tamisée dans la salle, laissant entendre que la cérémonie était terminée. 

C'était sans compter le public - notamment Charlize Theron et Tom Hanks, installés au premier rang - qui s'est mis à applaudir l'équipe de Parasite pour lui permettre de s'exprimer plus longtemps. 

Un sacre qui déjoue les pronostics

Parasite a déjoué de façon fracassante les pronostics qui voyaient un couronnement pour 1917, du Britannique Sam Mendes. Mélange de thriller, de comédie familiale déjantée et de satire sur les inégalités sociales, il a été primé dans les catégories du "meilleur réalisateur", du "meilleur scénario original" et du "meilleur film international", auparavant baptisée "meilleur film en langue étrangère". 

"Je suis très heureux d'être le premier lauréat sous cette nouvelle appellation. J'applaudis et je soutiens la nouvelle orientation que ce changement de nom symbolise", a déclaré le réalisateur, qui s'exprimait en coréen via une interprète.

En recevant son Golden Globe le mois dernier, Bong Joon-ho avait lancé avec humour aux professionnels réunis pour l'occasion: "Quand vous aurez surmonté la barrière des deux centimètres de sous-titres, vous découvrirez des films étonnants".

L'Académie des Oscars, vivement critiquée pour le manque de diversité dans ses choix, a manifestement entendu le réalisateur sud-coréen, qui avait déjà reçu la Palme d'or au festival de Cannes l'an dernier.

Jérôme Lachasse avec AFP