BFMTV

Mort d'Alan Parker, réalisateur de "Midnight Express" et "Mississippi Burning"

Le cinéaste Alan Parker aux Bafta Awards, en 2013.

Le cinéaste Alan Parker aux Bafta Awards, en 2013. - Carl Court - AFP

L'immense réalisateur britannique Alan Parker, à qui l'on doit Pink Floyd: The Wall,  The Commitments, Midnight Express ou encore Mississippi Burning vient de mourir à l'âge de 76 ans.

Alan Parker, réalisateur britannique à la filmographie impressionnante, vient de mourir à l'âge de 76 ans, des suites d'une longue maladie, selon une information confirmée par le British Film Institute. Ses films ont marqué plusieurs générations, à l'image de Midnight Express, plongée traumatisante dans une prison turque, Mississippi Burning, dans les arcanes du Ku Klux Klan, ou encore Angel Heart au coeur des rites vaudou en Louisiane. Sans parler de l'inoubliable Pink Floyd: The Wall, scénarisé par Roger Water.

Ce qui frappe surtout dans sa filmographie, débutée en 1976 avec Bugsy Malone (avec Jodie Foster), c'est la très grande variété des thèmes et des genres abordés. Du film noir à la comédie, en passant par la comédie musicale.

Geôles turques et Ku Klux Klan

"J'aime faire des choses différentes à chaque fois", expliquait-il, assurant que cela lui permettait de conserver sa créativité intacte, comme le rapporte le Hollywood Reporter.

Deux ans après la comédie musicale Bugsy Malone, il change radicalement de genre et tourne Midnight Express, tiré d'une histoire vraie adaptée par Oliver Stone, celle d'un jeune Britannique arrêté à l'issue de ses vacances en Turquie pour trafic de drogue. La bande-son du film, signée Giorgio Moroder, marque autant que les images.

"C'étaient des films tellement opposés que cela m'a mis sur les rails pour faire des choses différentes à chaque fois", expliquait-il en 2017 dans une interview au British Film Institute.

En 1980, il s'attaque à Fame, comédie musicale sur des étudiants d'une école d'arts à New York. En 1982, c'est un autre film musical qui voit le jour: Pink Floyd: The Wall, dont la bande-originale est un classique. 1984 est l'année de Birdy, avec Matthew Modine et Nicolas Cage sur la vie d'un jeune homme de retour de la guerre du Vietnam, frappé de troubles mentaux et fasciné par les oiseaux.

Il réalise ensuite Angel Heart, en 1987, avec un Mickey Rourke au visage encore épargné par la boxe et les opérations chirugicales, et Robert De Niro.

Suivent Mississipi Burning, avec Gene Hackman en agent dans le Ku Klux Klan, et Bienvenue au Paradis, histoire d'amour entre un Américain et une femme d'origine japonaise, internée dans un camp au lendemain de Pearl Harbour.

"Chaque jour a été une bataille"

Il explore de nouveau la comédie musicale, avec Evita - et Madonna dans le rôle d'Evita Peron, Don't cry for me, Argentina, et la comédie avec The Commitments et Aux bons soins du Dr Kellogg.

Son dernier film, La vie de David Gale, avec Kevin Spacey, évoquant la peine de mort, remonte à 2003.

En 2015, il avait annoncé en avoir fini avec le cinéma. "Je fais des films depuis que j'ai 24 ans, et chaque jour a été une bataille, chaque jour une difficulté, que vous deviez combattre un producteur qui n'est pas d'accord avec vous ou les studios", avait-il déclaré.

Né en 1944 à Londres, dans un milieu ouvrier, Alan Parker était d'abord passé par la publicité, tout comme ses compatriotes et contemporains Ridley et Tony Scott, ou Adrian Lyne.

Magali Rangin
https://twitter.com/Radegonde Magali Rangin Cheffe de service culture et people BFMTV