BFMTV

Marion Cotillard: pour fuir Edith Piaf, exorcisme et chamanisme

Marion Cotillard devait être maquillée 5 heures par jour pour interpréter Edith Piaf.

Marion Cotillard devait être maquillée 5 heures par jour pour interpréter Edith Piaf. - -

Pour le tournage de "La Môme", dans lequel Marion Cotillard interprétait la célèbre chanteuse, l’actrice s’était si profondément plongée dans son personnage qu’elle a eu beaucoup de mal à revenir à la réalité. Au point de se croire "possédée" par Piaf.

Huit mois. C’est la durée pendant laquelle Marion Cotillard s’est battue contre le fantôme… d’Edith Piaf. Ce n’est pas une blague. Mais bel et bien une confession de l’actrice elle-même, interrogée par le journal britannique Guardian, qui lui a consacré un portrait, ce dimanche 3 août.

Edith Piaf, c’est le rôle d’une vie. Un personnage qui a permis à l’actrice de recevoir, en 2008, l’Oscar de la Meilleure actrice pour La Môme, réalisé par Olivier Dahan. Une consécration ultime pour la Française, et un véritable laisser-passer qui lui a ouvert les portes d’Hollywood. Mais à quel prix?

Exorcisme, chamanisme...

Interpréter la célèbre chanteuse ne s’est pas fait sans conséquence pour l’actrice, comme elle le révèle. Après le tournage, Marion Cotillard a eu du mal à se débarrasser de son rôle. Au point d’être hantée par Edith Piaf, pendant huit mois. Sans pouvoir s’en débarrasser. "J’ai tout essayé", raconte-t-elle au Guardian. "J’ai fait de l’exorcisme avec du sel et du feu. J’ai voyagé jusqu’à Bora Bora pour lui échapper. Je suis allée au Pérou, sur le Machu Picchu, et j’ai fait une ancienne cérémonie chamanique pour pouvoir me purifier."

Autant de tentatives qui se révèleront inefficaces pour l’actrice oscarisée. Qui se sera finalement fait une raison: "A un moment, j’ai réalisé que je ne pouvais pas la laisser partir. Elle a été abandonnée quand elle était enfant. Sa plus grande peur était d’être seule."

"Être à la hauteur de Piaf, ne pas la décevoir"

Pour redonner vie à la chanteuse, Marion Cotillard avait dû, à l’époque du tournage, fournir un effort exceptionnel. Le réalisateur du film, Olivier Dahan, évoquait déjà en 2012, à Première, la relation "mystique" entre l’actrice et son rôle. "Le jour, la nuit, elle l’écoutait en boucle, lui parlait. Elle ne la quittait pas. Marion n’avait qu’une obsession: être à la hauteur de Piaf, ne pas la décevoir."

Maintenant qu’elle est maman d’un petit Marcel, l’actrice ne souhaite plus plonger aussi profondément dans un rôle, pour ne plus se perdre, selon ses propres mots, dans "l’obscurité totale". "Avant ma famille, toute ma vie était dédiée au rôle. Plus j’étais profondément affectée par elle (Edith Piaf, ndlr), plus proche je me sentais d’elle", se remémore-t-elle. "Mais je ne peux plus me verrouiller dans un autre monde."

Jé. M.