BFMTV

Le discours foutraque et émouvant de Valeria Bruni-Tedeschi, sacrée Meilleure actrice en Italie

Valeria Bruni Tedeschi

Valeria Bruni Tedeschi - Capture d'écran - RepTV

L'émotion était palpable, lundi, lorsque Valeria Bruni-Tedeschi a reçu le prix italien de la Meilleure actrice pour son rôle dans Folles de joie.

Il y a eu des fous rires et des larmes, des kilos d'émotion et beaucoup d'applaudissements. Sacrée Meilleure actrice lundi au cours des David di Donatello (l'équivalent italien de la cérémonie des César) pour son rôle dans Folles de joie, Valeria Bruni-Tedeschia a livré un discours émouvant et drôle. 

Elle y a remercié pêle-mêle les écrivains qui l'accompagnent ("Leopardi, Ungaretti, Pavese et surtout Natalia Ginzburg, dont les livres m'éclairent et me consolent"), le réalisateur du film, Paolo Virtzi, qui la "regarde depuis plusieurs années avec tendresse, joie et sans peur", sa mère, sa tante, sa soeur, mais aussi les hommes de sa vie et sa "pauvre psychanalyste".

"Je remercie les hommes qui m’ont aimée, que j’ai aimés et même ceux qui m’ont abandonnée, parce que je me sens faite d’un peu de chacun et parce que c’est à eux que je me confie. Je remercie les inconnus qui m’ont fait un sourire, ou un geste, dans les jours les plus embrumés", a-t-elle lancé, la voix entrecoupée de sanglots.

Décousu et drôle

Son discours, à la fois décousu et drôle, à l'image du personnage qu'elle incarne dans le film, a fait le tour des réseaux sociaux. Interrogée par le quotidien italien La Reppublica, l'actrice a expliqué: "J'ai essayé de dire tout ce que j'avais écrit, le plus rapidement possible, sans trop me laisser embarquer. (...) J'ai voulu mélanger des gens, des idées des moments de vie qui me venaient à l'esprit".

Dans le film de Paolo Virtzi, l'actrice incarne une mythomane qui fugue de son asile avec une autre jeune femme, jouée par Micaela Ramazzoti. C'est la première fois que Valeria Bruni-Tedeschi recevait un David di Donatello.

Carla Bruni-Sarkozy a posté un massage sur Instagram pour féliciter sa soeur: "Quelle soeur fantastique!"

M. R.