BFMTV

Le biopic Steve Jobs dévoile la face cachée du créateur d'Apple

En salles ce mercredi, Steve Jobs réalisé par Danny Boyle dresse un portrait sans concession du fondateur d'Apple. Une biographie qui met en lumière les parts d'ombres de ce personnage singulier qui a fondé un empire.

Deux biopics en moins de trois ans. C'est peu dire que Steve Jobs intrigue et fascine Hollywood. Car après Jobs de Joshua Michael Stern porté par Ashton Kutcher en 2013, c'est au tour de Steve Jobs de Danny Boyle de débarquer dans les salles obscures. Ce deuxième long métrage se démarque en ne cachant rien du véritable visage du fondateur d'Apple: celui d'un homme arrogant, égoïste et cassant.

Si Steve Jobs reste une icône "qui a changé notre mode de vie" avoue l'acteur Michael Fassbender, qui l'interprète dans le film de Danny Boyle, en coulisses, les choses sont moins idéales qu'il n'y paraît. "L'ambiance est clairement très lourde", reconnait le comédien, nommé aux Oscars pour ce rôle.

"Apple n'est pas très enclin à laisser les films se faire"

Mais écorner l'image du géant californien n'est pas chose aisée. Et mener à son terme ce projet ambitieux a été compliqué. Les acteurs Leonardo DiCaprio, Tom Cruise ou Christian Bale ont notamment successivement abandonné le film délaissé par Sony, puis récupéré par Universal. "Ce long métrage aurait pu être un cauchemar judiciaire, explique Danny Boyle. Apple n’est pas très enclin à laisser les films se faire, et ils sont très puissants, ils ont de grands avocats, ils arrivent à vous maintenir dans une sorte d’immobilisme car vous ne voulez pas utiliser leurs produits à l’écran de peur d’être attaqué en justice."

Malgré la pression d'Apple, les studios Universal n'ont pas cédé comme le rapporte le réalisateur de Trainspotting et Slumdog Millionaire: "Ils ont su être audacieux, en disant: 'Nous croyons dans ce projet car il est inspiré de la vérité'. Si ça n’avait pas été le cas, on ne serait pas là pour en parler ici mais plutôt devant un tribunal."

Sorti à l'automne aux Etats-Unis, Steve Jobs, porté par Michael Fassbender, Kate Winslet, Seth Rogen et Jeff Daniels a reçu un accueil timide de la part du public, le film n'ayant rapporté que 17,1 millions de dollars sur le sol américain.

Fabien Morin et Jean-Marie Marchaut