BFMTV

Hayao Miyazaki va sortir de sa retraite pour Boro la Chenille

Hayao Miyazaki reçoit un Oscar d'honneur en 2014

Hayao Miyazaki reçoit un Oscar d'honneur en 2014 - Kevin Winter - Getty Images North America - AFP

Il avait posé son tablier après Le vent se lève. Mais rien ne peut tenir Hayao Miyazaki éloigné de l'animation bien longtemps. Et le projet de court-métrage qu'il a entrepris en 2015 est devenu un vrai film. Adieu retraite.

C'est une petite chenille qui va faire revenir le maître de l'animation japonaise. Elle s'appelle Boro et pour elle, Hayao Miyazaki a choisi d'interrompre sa retraite, annoncée en 2013, avant la sortie de Le vent se lève, début 2014. C'est ce que l'on a appris dans une l'émission diffusée dimanche sur la chaîne japonaise NHK, intitulée Hayao Miyazaki: l'homme qui n'a pas terminé.

Il aura tenu un peu plus d'un an loin des crayons, puisque, dès 2015 il s'était lancé dans ce qui n'était alors qu'un court-métrage. "Je me consacre actuellement à ce projet de dessin animé sur une toute petite chenille qui vit sur une feuille, une si petite chenille qu'une pichenette pourrait lui ôter la vie", avait expliqué le réalisateur, lors d'une conférence de presse en juillet 2015.

"Miyazaki dessinera jusqu'à sa mort"

Mais la petite chenille est devenue grande et le court-métrage réalisé pour le musée Ghibli s'est transformé en long-métrage. Boro la chenille devrait prendre trois ans de travail au papa de Totoro, et être prêt dès 2019, avant les jeux olympiques de Tokyo en 2020. Miyazaki, aujourd'hui âgé de 75 ans, en aura alors près de 80 ans.

Miyazaki peaufine l'histoire de cette petite chenille depuis 20 ans. Pour le producteur des studios Ghibli, Toshio Suzuki, "Miyazaki dessinera des storyboard jusqu'à sa mort". Il n'a d'ailleurs pas attendu le feu vert officiel pour se lancer dans le travail d'animation. Le court-métrage devrait, lui être achevé dans un an.

En 2014, le maître de l'animation, très myope et la main moins agile qu'auparavant, avait lancé aux journalistes: "Je n’ai plus l’âge de faire un long métrage!". Il riait, on aurait dû se méfier.

Magali Rangin