BFMTV

"C'est méprisable": Francis Ford Coppola étrille les films des studios Marvel

Francis Ford Coppola au Festival Lumière

Francis Ford Coppola au Festival Lumière - Romain Lafabregue - AFP

Comme Martin Scorsese, le réalisateur du Parrain et d'Apocalypse now n'apprécie peu les films de super-héros.

Francis Ford Coppola, le grand réalisateur du Parrain et d'Apocalypse now, a expliqué samedi lors d'une conférence de presse au Festival Lumière que les films des studios Marvel sont "méprisables". 

Venu à Lyon pour récupérer le Prix Lumière, qui récompense l'ensemble de sa carrière, le cinéaste américain a été interrogé sur les propos de Martin Scorsese, qui a déclaré que les films de super-héros comme ceux des studios Marvel n'étaient "pas du cinéma". Francis Ford Coppola a estimé que Scorsese avait "raison": 

"On s'attend à ce que le cinéma nous apporte quelque chose, un éclaircissement, une connaissance, une inspiration", a-t-il détaillé. "Je ne pense pas que qui que ce soit retire quelque chose du fait de voir toujours le même film. Martin a été gentil quand il a dit que ce n'était pas du cinéma. Il n'a pas dit que c'était méprisable, c'est ce que je dis."

"Un film sur l'utopie"

Francis Ford Coppola a également déclaré lors de cette conférence de presse qu'il travaillait sur un projet pharaonique qu'il a en tête depuis plusieurs décennies: Megalopolis, un film "sur l'utopie", qu'il définit comme "plus ambitieux qu'Apocalypse Now".

"J'ai travaillé sur Megalopolis il y a vingt ans. J'ai vraiment essayé, je voulais faire un film sur l'utopie, sur ce qu'est vraiment le paradis sur terre", a expliqué le réalisateur de 80 ans.

Un film "à l'échelle des Marvel"

Il avait abandonné ce projet suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, avant de le reprendre: "J'ai un scénario, et je pense qu'il se rapproche de ce que je veux, que je m'approche pour la première fois du but."

Problème: le film devrait coûter plus cher qu'Apocalypse Now et s'annonce comme un film "à l'échelle des Marvel" en termes de production: "Je dois trouver comment y arriver", dit Coppola.

Il a encore précisé que ce film, dans lequel un architecte essaie de bâtir une vision utopique de New York, détruite par un cataclysme, raconte l'histoire "d'un homme qui a une vision du futur" et parle du "conflit" entre cette vision et les "traditions du passé", et contient aussi "une histoire d'amour". 

"J'ai toujours voulu faire une grande histoire d'amour, et je ne l'ai jamais faite. Mais j'aimerais la faire avant de partir", a-t-il enfin déclaré.

Jérôme Lachasse avec AFP