BFMTV

Après avoir fait sensation à Cannes dans le rôle d'un bandit emprisonné, un acteur finit derrière les barreaux

L'acteur Panya Yimumphai au Festival de Cannes en mai 2017

L'acteur Panya Yimumphai au Festival de Cannes en mai 2017 - Loic Venance

L'acteur, ancien membre d'un gang, a été condamné à trois ans de prison ferme par un tribunal de Bangkok pour possession de drogue.

Il avait monté les marches du festival de Cannes cette année pour son rôle de gangster dans un film français se passant dans une prison en Thaïlande. L'acteur Panya Yimumphai, dont le visage couvert de tatouages est reconnaissable entre mille, a été condamné mercredi à retourner derrière les barreaux, cette fois dans la vraie vie.

Plus connu sous son nom de l'époque où il était dans un gang, "Keng Laiprang" ("Keng Camouflage") a été conduit en prison sitôt l'annonce de sa condamnation, pour possession de drogue, à trois ans de prison ferme par un tribunal de Bangkok.

Vol et tentative de meurtre

Il avait été invité à Cannes pour son rôle dans le film Une prière avant l'aube du réalisateur Jean-Stéphane Sauvaire, sur un Britannique se retrouvant dans une prison thaïlandaise et y découvrant la boxe. Panya Yimumphai y tient le rôle d'un bandit, un rôle sur mesure donc, pour celui qui avait passé huit ans en prison pour vol et tentative de meurtre.

Après sa libération de prison en 2011, il était devenu une star sur les réseaux sociaux en Thaïlande, avec plus de deux millions d'internautes le suivant sur Facebook. Il s'était aussi lancé dans la publicité, promouvant entre autres l'équivalent local du Viagra.

L'affaire dans laquelle il vient d'être condamné est une vieille affaire de drogue, qui remonte à 2008: il avait été découvert en possession, en prison, de méthamphétamine. Panya a reconnu les faits, mais sa famille va faire appel.

Les réactions des internautes thaïlandais se sont multipliées depuis, dans un pays où les peines de prison pour simple possession de drogue sont très élevées, une sévérité à l'origine d'une surpopulation carcérale importante: la majorité des détenus, notamment femmes, sont en prison pour drogue. La Thaïlande est une plaque tournante du trafic de drogue produite dans des laboratoires clandestins du Triangle d'Or, entre Birmanie et Laos.

Nawal Bonnefoy avec AFP