BFMTV

Bob Dylan mis en examen à Paris pour "injure" et "provocation à la haine"

Bob Dylan en concert en France au festival des Vieilles charrues en 2012.

Bob Dylan en concert en France au festival des Vieilles charrues en 2012. - -

Bob Dylan a été mis en examen à Paris pour injure et "provocation à la haine", après la plainte d'une association croate pour des propos tenus lors d'une interview accordée à Rolling Stone magazine.

Pour quiconque connaît la carrière de Bob Dylan, les accusations portées contre ce défenseur des libertés et des droits civiques peuvent sembler assez anachroniques. Il n'en reste pas moins que le poète et chanteur a été entendu et mis en examen en novembre à Paris pour "injure" et "provocation à la haine", à la suite de la plainte d'une association croate visant une interview du chanteur américain publiée dans l'édition française de Rolling Stone, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Une procédure automatique

Le chanteur a été entendu et mis en examen, ce qui est automatique dans ce type de procédure, à la mi-novembre, à l'occasion de son passage à Paris, où il a donné plusieurs concerts et été décoré de la Légion d'honneur par la ministre de la Culture Aurélie Filippetti.

La plainte a été déposé par le conseil représentatif de la communauté et des institutions croates, devant le tribunal de grande instance de Paris, expliquait Slate.fr, dès jeudi dernier.

L'affaire sera à terme jugée devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans les délits de presse.

Une interview de septembre 2012

Traduite récemment dans la version française du magazine Rolling Stone, l'interview fleuve incriminée date de septembre 2012. Elle avait été accordée au moment de la promotion de l'album Tempest sorti aux Etats-Unis le 11 septembre 2012.

Tout était parti d'une réflexion sur les Etats-Unis pour glisser progressivement vers les tensions entre Serbes et Corates: "Le problème, c’est que ce pays est trop obsédé par la couleur de peau. [...] Les Noirs savent que certains Blancs n’auraient jamais abandonné l’esclavage, que si on les avait laissé faire, ils seraient encore sous leur joug, et ils ne peuvent pas faire semblant de l’ignorer. Si vous avez du Ku Klux Klan dans le sang, les Noirs peuvent le sentir, même encore aujourd’hui. Tout comme les juifs peuvent sentir le sang nazi et les Serbes le sang croate."

Cette mise en examen, au regard des thèmes d'égalité et de lutte pour les droits civiques, défendus tout au long de sa carrière par l'auteur et chanteur, peut sembler un comble.