BFMTV

24 Heures du Mans: Patrick Dempsey, un pilote presque comme les autres

Patrick Dempsey participe aux 24 Heures du Mans.

Patrick Dempsey participe aux 24 Heures du Mans. - AFP

Présent pour la quatrième fois aux 24 Heures du Mans, dans une Porsche aux couleurs de son écurie, l'acteur américain Patrick Dempsey se consacre entièrement cette année à la course automobile, pour en faire plus qu'une passion.

Pas de question sur Grey's Anatomy, la série hospitalière dans laquelle il a joué, durant onze saisons, le rôle du docteur Derek Shepherd, alias "Docteur Mamour". Ni aucune sur sa vie privée. Pour être convié à rencontrer Patrick Dempsey, les règles sont strictes. L'Américain est venu pour la course et ne veut parler (presque) que de course.

Le départ a lieu ce samedi 13 juin, et l'acteur est totalement concentré sur sa course avec la Porsche N.77 de son écurie Dempsey Proton Racing, qu'il partage avec son compatriote Patrick Long et l'Allemand Marco Seefried. "On est dans la phase où on essaye d'établir la stratégie pour la course, on regarde les données (des essais). Et on répond à certaines sollicitations de la presse", a-t-il glissé lors d'un entretien avec l'AFP, dans un de ces sourires qui ont fait fondre des milliers de téléspectatrices.

Le Mans, il connaît bien. Il a déjà couru trois fois les 24 Heures (en 2009, en 2013 et en 2014), améliorant à chaque fois sa place à l'arrivée. "C'est toujours très spécial d'être au Mans. Il y a une certaine dose de confort, dans le sens où on sait ce qu'on a à faire et ce que ça fait », a expliqué l’acteur.

Marier voiture et télévision

Cette année, Patrick Dempsey se consacre entièrement au Championnat du monde d'endurance (WEC), dans la catégorie GTE-Am, avec "Am" pour amateurs... dont le niveau de pilotage est élevé. Et s'il assure n'avoir "jamais pensé" à ce que les pilotes professionnels ont pensé de lui lorsqu'il a débarqué la première fois dans la Sarthe, il "espère avoir gagné leur respect avec le temps" et grâce à ses performances.

Certes, il n'est pas encore un pilote comme les autres. Il suffit de voir tous les yeux se retourner sur son passage, où qu'il aille. "Ça fait partie du spectacle, mais il faut être capable de se fermer à ce genre de choses et ne pas s'en soucier. Les premières années, c'était le chaos. On veut passer du temps avec ses fans, signer les autographes, mais il y a vraiment beaucoup de monde et une excitation contagieuse qui pompe l'énergie que vous devriez garder pour la course", raconte-t-il.

Dempsey appartient à une longue tradition d'acteurs/pilotes aux Etats-Unis, comme il aime à le rappeler. "Il y a toujours eu une fascination pour les voitures et les courses automobiles à Hollywood. Les pilotes les plus remarquables étaient Paul Newman et surtout Steve McQueen ici avec son film, Le Mans".

Voiture et télévision, deux carrières qu'il essaie actuellement de marier en produisant une mini-série basée sur le livre "The Limit", jamais traduit en France, qui parle la bagarre entre l'Américain Phil Hill et l'Allemand Wolfgang von Trips pour le titre de champion du monde de Formule 1 en 1961, au sein de la Scuderia Ferrari. Ce projet devrait lui permettre de combler une autre envie forte: "Je veux passer plus de temps en Europe, pour y vivre et y courir, j'adore être ici, surtout à la campagne. Il y a un sens des traditions, un amour et un respect de la vie agraire. L'héritage, l'ouverture d'esprit et la nature... C'est comme une église, c'est très apaisant et c'est ce que j'aime le plus ici", a confié Patrick Dempsey.