BFM Paris

Vélib': l'opérateur Smovengo demande 240 millions d'euros à la mairie de Paris

Selon Le Canard Enchaîné, la société prestataire des vélos en libre service dans la région parisienne menace de mettre fin à son activité si la mairie de Paris ne lui accorde pas cette rallonge.

Après les déboires, voilà les difficultés financières. Moins de trois ans après avoir pris la suite de l'opérateur JCDecaux pour l'exploitation Vélib', Smovengo est plus que jamais dans le rouge.

Selon Le Canard Enchaîné, le prestataire des vélos en libre service demande un bonus de 240 millions d'euros à la mairie de Paris - soit une rallonge de 50% du montant initialement conclu - et menace en cas de refus de jetter l'éponge et de cesser ses activités.

Une perte de 80 millions d'euros en trois ans

Critiqué à maintes reprises pour des problèmes de qualité sur ses vélos et d'efficacité opérationnelle, l'opérateur qui affiche une perte de 80 millions d'euros en trois ans souhaite une majoration de 20 millions de la redevance que lui accorde la Ville de Paris pour chaque année jusqu'en 2032, date de fin du contrat entre les deux parties.

Interrogée par le palmipède, la mairie de Paris répond simplement qu'elle est "très attachée à l'existence d'un service public au tarif abordable pour l'ensemble de ses utilisateurs".

Au bord du dépôt de bilan au printemps dernier, Smovengo a pu bénéficier d'un prêt garanti par l'État à hauteur de cinq millions d'euros. Mais si Vélib' a enregistré une hausse de son nombre d'abonnés depuis le déconfinement, l'entreprise explique que les montants des abonnements sont versés au Syndicat Autolib' et Vélib' Métropole (SAVM). Smovengo pour sa part une indemnité publique d'une vingtaine de millions d'euros chaque année. Enfin, insiste Smovengo, l'augmentation du nombre d'utilisateurs entraîne davantage d'opérations de maintenance et de coordination.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV