BFM Paris

"Tout le monde flippe": le ras-le-bol d'habitants du 13e face aux tirs quotidiens de feux d'artifice

Depuis juin, les habitants de la dalle des Olympiades dans le 13e subissent des tirs de feux d'artifice entre les immeubles. Ces tirs ont provoqué plusieurs départs de feu.

Des feux d'artifice au milieu des immeubles et des pétards qui viennent s'écraser sur les balcons et contre les fenêtres. La scène se répète depuis le mois de juin dans le quartier de la dalle des Olympiades, dans le 13e arrondissement de Paris. Ces tirs d'artifice ont provoqué plusieurs départs de feu. Le dernier incident remonte tout juste à la soirée du 14 juillet. Un appartement situé près de la porte d'Italie a été incendié à cause d'un tir de mortier, a appris BFMTV de source policière.

La situation s'était déjà produite ce lundi. Vers 16 heures, un violent incendie s'est déclaré dans un appartement situé au 2e étage d'un immeuble. L'incendie aurait là aussi était provoqué par un mortier. "La fenêtre était restée ouverte. C'était vraiment très angoissant et heureusement qu'il n'y a pas eu de blessé", raconte un voisin à BFM Paris.

"Les flammes étaient tellement importantes que ça a pété les vitres", se souvient une habitante du 3e étage, qui a dû être évacuée par les pompiers. "Je suis en colère contre les jeunes. Sachant qu'il y a des enfants qui habitent ici, des personnes d'un certain âge, c'est un non-respect", déplore-t-elle.

"Les feux d'artifice tapent dans les fenêtres"

Ce sentiment de colère est partagé par beaucoup d'habitants du quartier, depuis que ces tirs de mortiers sont devenus quasi-quotidiens. "Les feux d'artifice tapent dans les fenêtres, dans les immeubles, tout le monde flippe", reconnaît une riveraine.

Face à ce problème, Jérôme Coumet, le maire d'arrondissement réclame des renforts policiers.

"J'ai eu un échange avec la directrice de cabinet du préfet de police pour lui dire que nous avions besoin de renforts policiers venus du reste de Paris. Elle m'a répondu positivement et m'a dit qu'elle espérait qu'on arrive à un certain nombre d'arrestations et de mises en cause d'individus", explique le maire.

Depuis le mois de juin, au moins sept personnes ont été placées en garde à vue.

https://twitter.com/caroleblanchard Carole Blanchard Cheffe de service BFM Régions