BFM Paris

Tourisme d'affaires en Île-de-France: près de 2 milliards d'euros de perte au premier semestre

En 2021, 154 salons ont été annulés. Cela représente 3,4 millions de visiteurs absents de la régionet près de 2 milliards d'euros de retombées économiques perdues.

Autre conséquence de la crise sanitaire: le tourisme d'affaire était quasiment inexistant ces derniers mois en Île-de-France à cause des restrictions de déplacement. Depuis quelques événements ont pu avoir lieu dans la région -six salons depuis la mi-juin- mais l'impact économique se fait déjà sentir pour 2021.

"L'année dernière, on a perdu 3,9 milliards sur toute l'année. Là, 1,9 milliard de perdu sur le premier semestre, on espère que le second semestre sera meilleur", explique Didier Kling, président de la CCI Paris-Ile-de-France sur l'antenne de BFM Paris.

150 salons annulés en 2021

Avant la crise sanitaire, le tourisme d'affaire représentait 450 salons, 1200 congrès et 12 millions de visiteurs dans la région. Cette année pendant cinq mois, aucun événement n'a été autorisé en présentiel dans les 21 principaux sites franciliens. Selon les chiffres de la CCI Paris-Île-de-France, plus de 150 salons ont été annulés et 67 ont eu lieu (ou vont avoir lieu) de manière digitale à la place.

Mais ces alternatives virtuelles ont limité les déplacements des professionnels: ce sont plus de 3,4 millions de visiteurs qui étaient absents en Île-de-France. Une grosse perte pour la capitale notamment car d'après le président de la CCI Paris-Île-de-France, "un tiers, 15 millions environ" des visiteurs de Paris sont "liés au tourisme d'affaire".

Les nombreuses annulations ont des retombées économiques importantes puisqu'elles se répercutent sur les dépenses liées aux séjours des exposants: shopping, restauration, transports ou même les sorties culturelles. Cela représente pour le premier semestre de 2021, 8,2 milliards de ventes non réalisées et près de deux milliards de retombées économiques perdues d'après la CCI Paris-Île-de-France.

Un protocole sanitaire stricte

Face à cette crise les professionnels du secteurs ont formulé plusieurs préconisations comme la nécessité de soutenir jusqu'à fin 2023, les organisateurs des salons phares de la région qui vont peiner à retrouver leur clientèle internationale, notamment celle américaine et chinoise.

Si certains salons commencent à rouvrir leurs portes ses derniers mois, les professionnels doivent maintenant faire face à des protocoles sanitaires plus stricts. Jauge, pass sanitaire, port du masque...

"Par hall, pas plus de 5000 personnes ne sont présentes en même temps. Il y a des caméras thermiques par exemple, des allées qui sont organisées de manière à ce qu'on ne se croise pas", détaille le président de la CCI Paris-Ile-de-France sur l'antenne de BFM Paris.

Reste maintenant à voir si le tourisme d'affaire va vraiment redécoller pour le deuxième semestre. Un espoir se profile avec le salon Maison & Objet qui aura lieu les 9 et 13 septembre prochain: 1500 marques et 93% des visiteurs réguliers ont déjà confirmé leur venue.

Djena Tsimba avec Marine Langlois