BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

Seine-et-Marne: il découvre une décharge et des terres polluées sous le bois qu'il vient d'acheter

Un Francilien a acquis une parcelle de forêt à l'État en novembre dernier, à Fontenay-Trésigny. Il a découvert qu'elle abrite une décharge jonchée de déchets et de terres polluées.

Une terrible découverte. Alors qu'André Bastet a acheté à l'État une parcelle de forêt à Fontenay-Trésigny en novembre dernier, il s'est aperçu en creusant dans le sol qu'une décharge y était enfouie.

"Ça commence à sentir, je dirai le gaz, peut-être de l'hydrocarbure. Moi, je suis totalement chaos", raconte André au micro de BFM Paris alors qu'il souhaitait reboiser les lieux.

Le terrain de 100 hectares qu'a acquis le propriétaire est en réalité jonché de tissus pollués, de bâches en plastiques et d'hydrocarbures.

Un impact en hydrocarbure supérieur au seuil autorisé

Des tissus qui, au toucher, lui ont fait perdre ses cheveux affirme-t-il. André décide alors de faire appel à un géologue pour superviser les travaux, et les résultats s'avèrent inquiétants.

"On a pu noter un impact en hydrocarbure supérieur" au seuil autorisé. "Le dernier impact notable d'un point de vue sanitaire, c'est le fait que ces hydrocarbures soient entrainés par la pluie et dans les eaux souterraines", explique le géologue Michel Brun.

120 millions d'euros pour dépolluer les lieux

Des conséquences qui ne rassurent pas la commune de Champigny, où la nappe phréatique qui se trouve sous le terrain d'André alimente en eau tout le bassin de la ville. Ce dernier pourrait bien être pollué, et près d'un million d'habitants seraient concernés.

"Nous maintenant, notre inquiétude c'est ça. C'est de savoir quelles vont être les conséquences et surtout le devenir de cette pollution parce qu'il va falloir la traiter", regrette Corrine Caron, conseillère municipale déléguée à l'aménagement de la ville.

D'après l'avocat d'André, plusieurs actions sont en cours contre l'État. Le propriétaire en appelle désormais à la ministre de la Transition écologique car dépolluer les lieux lui coûterait 120 millions d'euros, soit deux mille fois le prix du terrain.

Alexia Elisabeth, Constance Bostoen et Sarah Belien avec Shéhérazade Ben Essaid