BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

Plus 44% en avril: les tirs de mortiers d'artifice en forte augmentation à Paris et en petite couronne

Image tirée d'une vidéo postée sur le compte Twitter @LeCapricieux94 montrant le commissariat de Champigny-sur-Marne cible de tirs de mortiers d'artifice dans la nuit du 10 au 11 octobre 2020

Image tirée d'une vidéo postée sur le compte Twitter @LeCapricieux94 montrant le commissariat de Champigny-sur-Marne cible de tirs de mortiers d'artifice dans la nuit du 10 au 11 octobre 2020 - - © 2019 AFP

La préfecture de Police indique que les tirs de mortiers sont en augmentation à Paris et dans la petite couronne au premier trimestre 2021.

Les tirs de mortiers font l'actualité ces dernières semaines, notamment en Ile-de-France. Régulièrement, les forces de l'ordre sont visés par ces dispositifs explosifs, détournés de leur usage de feu d'artifice.

Sont-ils pour autant en augmentation dans la région? Oui selon la préfecture de Police qui vient de livrer ses derniers chiffres. Sur les trois premiers mois de l’année, 278 tirs de mortiers d’artifice à l’encontre des forces de l’ordre ont été recensés à Paris et en petite couronne, a indiqué la préfecture de police à BFM Paris, confirmant une information de France Bleu. Dans le détail, c'est 58 à Paris, 50 dans les Hauts-de-Seine, 102 en Seine-Saint-Denis et 68 dans le Val-de-Marne.

Explosion au mois d'avril

En moyenne, pour le premier trimestre 2021, 93 tirs de mortiers ont été recensés au total par mois. En avril 2021, il y a eu une explosion de ces tirs de mortiers. 166 tirs ont été recensés, soit une augmentation d’environ 44% par rapport à la moyenne mensuelle constatée au premier trimestre.

Si l'acquisition de ces engins d'artifices n'est pas un délit, "l’emploi de ces dispositifs pyrotechniques est susceptible de revêtir une qualification pénale permettant un placement en garde à vue quand est retenue la mise en danger de la vie d’autrui" rappelle la préfecture.

"Lorsque le but manifestement poursuivi par l’auteur des faits est d’empêcher les forces de l’ordre d’intervenir, l’infraction d’acte d’intimidation (...) peut être retenue. Elle est réprimée du maximum de la peine d’emprisonnement encourue en matière correctionnelle, à savoir 10 ans" fait savoir la préfecture.

Après l'attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne, Gérald Darmanin avait indiqué en octobre dernier, vouloir interdire la vente de mortiers de feux d'artifice aux particuliers.

Alicia Foricher