BFM Paris

Paris: malgré les restrictions, les verbalisations pour tapage nocturne explosent par rapport à 2019

INFO BFM PARIS - Depuis la fermeture des bars à 22h, entrée en vigueur fin septembre à Paris, les soirées organisées chez des particuliers se sont multipliées et ont engendré une forte hausse des nuisances sonores.

Une hausse de 128%. En l'espace d'un an, les verbalisations pour tapage nocturne ont explosé à Paris, a-t-on appris auprès de la préfecture de police ce lundi. Et ce malgré les mesures de couvre-feu puis de confinement mises en place pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Entre le 25 septembre - deux jours après l'annonce de la fermeture des bars parisiens à 22h - et le 15 novembre 2020, les forces de police font état d'un total de 599 verbalisations dans la capitale. Sur la même période, l'an dernier, elles avaient recensé 262 procès-verbaux. Soit une hausse de l'ordre de 128%. Si l'on inclut la petite couronne, la hausse observée est bien moins importante. Elle reste néanmoins significative: +43% par rapport à l'an dernier.

Une explosion récente

Cette explosion est récente, relève la préfecture de police, et coïncide avec l'augmentation graduelle des restrictions de déplacement. 236 verbalisations avaient été dressées à Paris les 52 jours précédant le 15 septembre, date de départ de l'étude, 599 ensuite (+154%).

Ces chiffres incluent les soirées clandestines, comme celles organisées ces derniers jours dans le 13e arrondissement de Paris ou à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne), mais également des soirées de moindre ampleur, regroupant quelques particuliers.

Simon Azélie avec Florian Bouhot