BFM Paris

Paris: la mairie veut renforcer le rôle des maires d'arrondissements pour réguler les terrasses

La mairie de Paris souhaite créer des commissions de régulation des terrasses, présidées par les maires d'arrondissements.

La réouverture des terrasses est très attendue par de nombreux Franciliens. Elle est aussi redoutée par certains riverains qui craignent des nuisances sonores, comme ce qui avait été constaté l'été dernier. Une crainte à laquelle Emmanuel Grégoire répond ce lundi matin dans les colonnes du Parisien.

Le premier adjoint à la maire de Paris assure que l’exécutif municipal veillera à ce que "les Parisiens et les restaurateurs soient respectueux". Dans cette période particulière, l'élu indique compter "sur les professionnels pour réguler leur terrasse" et de l'autre il invite "les riverains à faire preuve d'un peu de patience et de tolérance".

Les maires d'arrondissement auront plus de force

Emmanuel Grégoire annonce par ailleurs que les maires d’arrondissement auront un rôle renforcé dans la régulation de ces terrasses. Chacun d’entre eux présidera une commission de régulation réunissant les polices municipale et nationale, des représentants de restaurateurs ainsi que des riverains. Elles seront chargées d’intervenir sur les terrasses ayant fait l’objet de signalements.

"Il faudra permettre aux maires d'arrondissements de suspendre une autorisation de terrasse" réagit Philippe Goujon, le maire du 15e arrondissement, invité de BFM Paris ce lundi.

De plus, "dès la semaine prochaine, les équipes de la ville et les agents de la police municipale mèneront des missions de médiation pour lutter contre le bruit et veiller au bon entretien des terrasses" annonce le premier adjoint à la maire de Paris. Des sanctions pourront avoir lieu en cas de non-respect du règlement.

Un réglèment strict

Un nouveau réglement est également en cours de création. Avec celui-ci, "les palettes, les barnums et les barrières opaques seront interdits, tout comme les installations électriques et la publicité" explique le premier adjoint à la mairie de Paris.

"Les installations ne devront pas dépasser 1,30 m de hauteur et elles ne devront pas être couvertes" indique l'élu PS. Emmanuel Grégoire rappelle également que "ces terrasses éphémères devront également être démontées durant la période où elles ne seront plus exploitées".

Pour Philippe Goujon, il faut que les terrasses soient exonérées de droits jusqu'à la fin de l'année, pour pouvoir aider les restaurateurs.

Pour l'heure, Emmanuel Grégoire a indiqué que la maire de Paris "a décidé que les terrasses éphémères continueront d’être gratuites au moins jusqu’à la fin de l’été", ce qui représente un manque à gagner pour la ville de 27,5 millions d’euros sur un an, selon l'élu du PS.

Mais à la rentrée "les professionnels devront acquitter leur droit de terrasse". Le montant n'a pas encore été décidé.

Alicia Foricher