BFMTV

Terrasses, lieux culturels, couvre-feu à 21h... Ce qui va changer en France cette semaine

Un employé nettoie les tables en terrasse au "Café du Trocadéro", le 11 mai 2021 à Paris, avant la réouverture des bars et restaurants le 19 mai

Un employé nettoie les tables en terrasse au "Café du Trocadéro", le 11 mai 2021 à Paris, avant la réouverture des bars et restaurants le 19 mai - Ludovic MARIN © 2019 AFP

A partir de mercredi, les Français pourront de nouveau accéder à de nombreux établissements dont ils ont été privés. Des réouvertures sous haute surveillance des autorités.

Il s'agit de la deuxième phase du déconfinement, tant attendue par les Français. A partir de mercredi prochain, soit le 19 mai, le couvre-feu sera repoussé de 19 à 21 heures, un recul associé à de multiples réouvertures, avec des jauges réduites certes, mais qui devraient permettre au public d'accéder de nouveau à de nombreux établissements dont il a été privé durant de très longs mois.

Des réouvertures sous conditions

Ainsi, les cinémas fermés depuis le 30 octobre pourront rouvrir avec une jauge de 35% et 800 spectateurs maximum, pour redonner une chance à des films à la vie interrompue trop vite à l'automne, comme Adieu les cons d'Albert Dupontel auréolé de sept César ou Drunk de Thomas Vinterberg. Ou pour faire découvrir de nouveaux long-métrages, alors que les films se bousculent pour trouver une place dans les salles obscures.

Réouverture aussi, avec des jauges réduites, pour les musées, les théâtres, les parcs zoologiques en plein air, les bibliothèques ou encore l'ensemble des commerces. Quant aux bars et restaurants, seules leurs terrasses sont concernées mercredi, à 50% de leur capacité et avec des tables de 6 au maximum.

"Le bien-être général passe aussi par la reprise des contacts sociaux", commentait à ce sujet ce dimanche dans le JDD le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, soulignant toutefois la nécessité de respecter les protocoles sanitaires.

Pourtant, plusieurs professionnels, dont les restaurateurs, estiment les règles données par l'exécutif trop complexes, d'autant que la météo de ce mois de mai est incertaine.

"Imaginez-vous rouvrir une grosse machine, refaire une carte, faire revenir tout le personnel mais finalement devoir tout annuler et jeter de la marchandise parce qu'il pleut ? Impossible", affirme au JDD le médiatique chef Philippe Etchebest qui ne rouvrira pas son service en terrasse mercredi. "Et puis tout le monde n'est pas concerné: à peine 40 % des restaurateurs en France ont une terrasse", souligne-t-il. Il attendra donc la prochaine étape des réouvertures, le 9 juin.

La vaccination s'accélère

D'un point de vue strictement sanitaire, ces multiples réouvertures sont permises par l'amélioration sensible de la situation épidémiologique et l'accélération de la campagne de vaccination.

Depuis samedi, plus 20 millions de Français ont reçu une première injection de vaccin et 8,8 millions deux doses (soit 13,1% de la population totale et 16,8% de la population majeure). Le prochain cap fixé par le gouvernement est de 30 millions de primo-vaccinés mi-juin.

Pour l'atteindre, la vaccination est ouverte depuis mercredi aux plus de 18 ans pour des doses disponibles du jour au lendemain.

Tous les adultes pourront ensuite, sans plus aucune condition, se faire vacciner à partir du 15 juin. Une date que le ministère de la Santé n'exclut pas d'avancer, si la situation le permet, même si la discussion n'est pas à l'ordre du jour pour l'instant.

Freins d'urgence

Côté épidémie, les signes sont également encourageants, avec un nombre de malades du Covid en services de réanimation en baisse continue (4271 samedi, contre 5005 une semaine plus tôt, et 6001 au pic de la troisième vague le 26 avril) et un nombre de contaminations en baisse également, selon le bilan publié samedi soir.

Mais si la courbe s'inversait de façon inquiétante, Emmanuel Macron a prévenu que des "freins d'urgence" pourraient être activés dans des départements qui dépasseraient un taux d'incidence de 400 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur sept jours.

"Si la situation locale l'impose, on prendra des mesures en revenant à l'étape précédente. Si nécessaire et en concertation avec les élus, on reconfinera localement, comme en Guyane depuis vendredi", a précisé Jérôme Salomon dans le JDD, notant qu'on n'était pas "à l'abri" d'une quatrième vague.

"L'immunité collective ne sera atteinte que lorsqu'on aura réussi la vaccination et réduit au minimum la circulation du virus", insiste-t-il, mettant en avant l'importance du futur pass sanitaire et du contrôle des voyageurs arrivant de pays à risque, notamment l'Inde alors que 24 épisodes du variant indien qui inquiète ont été identifiés en France.

La prochaine étape du déconfinement se fera au 9 juin prochain. Ce jour-là, cafés et restaurants pourront alors accueillir des clients en nombre limité en intérieur, le couvre-feu sera décalé à 23 heures et les jauges seront assouplies pour les lieux culturels.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier avec AFP Journaliste BFMTV