BFM Paris

Paris: Jazz à la Villette maintient son édition 2020, avec une voilure réduite

Un trompette Henri Selmer-Paris.

Un trompette Henri Selmer-Paris. - ERIC FEFERBERG / AFP

Conséquence de l'épidémie de coronavirus, les organisateurs ont dû mettre en place un protocole sanitaire strict. La jauge a été revue à la baisse et les concerts seront limités à un par soirée.

"On reprend, on rouvre." Le festival Jazz à La Villette à Paris sera finalement maintenu mais dans une version très réduite, avec un concert par soir les deux premiers week-ends de septembre, indique à l'Agence France Presse (AFP) un des programmateurs Vincent Anglade.

"On a construit le festival dans le respect des consignes sanitaires imposées aujourd'hui par le gouvernement", explique celui qui est avec Frank Piquard l'un des deux programmateurs d'un événement qui en est à sa 19e édition sous sa forme actuelle.

Résultat: un fauteuil sur deux sera occupé, il n'y aura pas de concert debout, un seul par soirée, sans entracte ni buvette, le masque sera obligatoire de l'entrée de la salle jusqu'à l'installation du spectateur à sa place.

6000 places au lieu de 30.000

Par conséquent, la jauge totale cette année, à moins de nouvelles mesures gouvernementales moins contraignantes, sera de 6000 places. Pour l'édition précédente, environ 30.000 billets avaient été mis en vente pour les concerts organisés dans les différentes salles du Parc de La Villette.

Et les têtes d'affiche cette année, après la pluie d'annulations des musiciens vedettes venus des Etats-Unis ou d'Afrique, seront en grande majorité françaises ou de pays limitrophes: Pierre de Bethmann, Bojan Z, Baptiste Trotignon et le Bruxellois Eric Legnini pour une soirée d'ouverture le vendredi 4 septembre placée sous le signe du piano, Michel Portal (clarinette basse, saxophone, bandonéon...) le 6, le groupe phare de la nouvelle scène jazz britannique Gogo Penguin le 5.

Jazz à La Villette a quand même pris le risque de conserver dans sa programmation le pianiste cubain Roberto Fonseca ou la saxophoniste chilienne vivant à New York Melissa Aldana.

Une baisse des cachets des musiciens

Dans ces conditions très particulières, les musiciens ont aussi accepté une baisse de leurs cachets, en tenant compte des jauges réduites.

"Mais ceux-ci pourront être revus à la hausse si nous sommes en capacité d'accueillir plus de spectateurs", précise Vincent Anglade, qui a bon espoir de voir encore s'assouplir les conditions d'accueil du public d'ici au début du festival.

"L'actualité en septembre, ça ne sera pas de présenter des captations, mais de remettre les musiciens sur scène et les spectateurs dans les salles, afin de retrouver ce rituel du concert", estime le programmateur.

Les salles périphériques (La Dynamo à Pantin, le Studio de l'Ermitage, l'Atelier du Plateau) généralement associées à Jazz à La Villette le seront encore.

F.B. avec AFP