BFM Paris

Île-de-France: davantage de "témoins de ligne" dans les transports publics

Ile-de-France Mobilités (illustration)

Ile-de-France Mobilités (illustration) - Pierre Verdy-AFP

Ce dispositif a permis de nombreuses améliorations et il sera étendu à trois réseaux de bus de la région.

Ce vendredi, Île-de-France Mobilités (IDFM) a étendu le dispositif des "témoins de ligne". Ce mécanisme permet aux usagers des transports publics de la région de remonter des informations s'ils constatent des dysfonctionnements.

Ce dispositif donne à la section francilienne de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) la mission de collecter et trier les doléances des voyageurs, qu'elle transmet aux opérateurs. Lesquels sont priés d'apporter des réponses.

"Améliorer les choses, ensemble"

Le dispositif existe, très discrètement, avec la RATP depuis vingt ans. Île-de-France Mobilités a signé avec la Fnaut et l'opérateur Transdev un accord prévoyant de l'étendre à trois réseaux de bus de Seine-et-Marne: Marne-la-Vallée, Melun et Sénart.

La présidente d'Île-de-France Mobilités Valérie Pécresse veut "que les voyageurs aient le sentiment d'être acteurs", les appelant à signaler la régularité, la ponctualité, l'information des voyageurs, la disponibilité des équipements, la propreté, l'accueil, l'assistance..., avec "des constats, précis, circonstanciés".

"L'idée, c'est vraiment d'améliorer les choses, ensemble", a-t-elle dit devant des journalistes, appelant "tous les opérateurs de grande couronne à suivre cet exemple".

Un dispositif qui porte ses fruits

Tout usager peut participer à l'opération en déposant un témoignage sur le réseau RATP ou Transdev emprunté, à la page http://www.aut-idf.org/temoignage/.

Marc Pélissier, président de la Fnaut-Île-de-France, estime que le processus a permis "un certain nombre d'améliorations concrètes" sur le réseau RATP.

"Ça permet au jour le jour des corrections, de changer une ampoule, de mettre à jour un plan... C'est vraiment des petites choses du quotidien la plupart du temps, mais ce sont des petits irritants qui disparaissent", a-t-il témoigné.

S.B. avec AFP