BFM Paris

Évacuation de migrants à Paris: Ian Brossat dénonce "des scènes indignes des valeurs de la République"

Sur BFMTV, l'adjoint à la mairie de Paris, présent aux abords de la place de la République lundi soir, a dénoncé la violence avec laquelle l'évacuation s'est déroulée.

Les réactions politiques s'enchaînent après l'évacuation violente lundi soir par la police d'un campement d'environ 500 migrants installé place de la République par l'association Utopia 56. Présent sur place aux côtés d'autres élus, l'adjoint PCF à la mairie de Paris Ian Brossat a dénoncé sur BFMTV le comportement des forces de l'ordre.

"J’ai été témoin de ces violences, du fait que les refugiés ont été harcelés pour éviter de s'installer là. J'ai constaté que des journalistes ont été molestés, les élus eux-mêmes ont été nassés pour nous empêcher d'accéder à l'Hôtel de Ville, a déploré l'adjoint. Ce à quoi on a assisté est profondément scandaleux et honteux."

Au regard des images de l'évacuation diffusées, certaines montrant les forces de l'ordre jeter les réfugiés hors de leurs tentes, Ian Brossat estime qu'il "y a à l'évidence une responsabilité de la préfecture de police de Paris, qui a fait preuve, vraissemblablement, d'un peu de zèle".

"Des scènes indignes des valeurs de la République"

Pour l'élu communiste, le vrai problème réside dans le fait que ces quelques centaines de migrants, expulsés la semaine dernière d'un campement à Saint-Denis, ne se sont vus proposer aucune solution d'hébergement. Parallèlement, ils ne peuvent pas non plus s'installer dans la rue.

"On ne leur permet même plus de dormir. Depuis une semaine, à chaque fois, les forces de l’ordre interviennent pour les empecher de se poser", a déclaré Ian Brossat, pour qui "la seule solution, c’est de les héberger".

L'adjoint à la mairie de Paris demande ainsi que "l'état se saisisse" des deux propositions d'hébergement faites par la mairie de Paris, dans les 15e et 17e arrondissements.

"Nous sommes prêts à mettre à disposition ces lieux. Je ne veux plus assister aux scènes auxquelles on a assisté hier, qui sont des scènes indignes des valeurs de la République", a fustigé Ian Brossat.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions