BFM Paris

Covid-19: un hôpital des Yvelines visé par une plainte après deux morts

Les enfants d'un couple d'octogénaires malades du Covid et morts dans un hôpital des Yvelines dénoncent la mise en place d'un protocole de soins palliatifs

Les enfants d'un couple d'octogénaires malades du Covid et morts dans un hôpital des Yvelines dénoncent la mise en place d'un protocole de soins palliatifs - AFP

Ce sont les enfants du couple d'octogénaires qui ont porté plainte ce jeudi pour "administration de substance nuisible" et "homicide involontaire".

Les enfants d'un couple d'octogénaires malades du Covid et morts dans un hôpital des Yvelines ont porté plainte jeudi à Versailles, dénonçant la mise en place non concertée et injustifiée d'un protocole de soins palliatifs qui a, selon eux, tué leur parents, a appris ce samedi l'Agence France-Presse (AFP) auprès de leur avocate.

Cette plainte pour "administration de substance nuisible" et "homicide involontaire" a été déposée jeudi au parquet de Versailles, a précisé Me Fanny Vial.

Un protocole associant de la "morphine" et un sédatif

Selon l'avocate, "les quatre enfants, dont un cardiologue et un pharmacien, ont appris brutalement le décès" les 27 et 28 mars de leurs parents, âgés de 87 et 89 ans. Les deux octogénaires avaient été hospitalisés le 20 mars pour un séjour dans l'unité "court séjour gériatrique" du centre hospitalier de Plaisir (Yvelines), trois jours après le début du premier confinement.

Les enfants "ont par ailleurs été surpris d'un certain malaise ressenti auprès de soignants. Ils ont demandé le dossier médical et ont découvert que des soins palliatifs avaient été mis en place rapidement, via un protocole associant de la morphine", contre la douleur, "et de l'hypnovel", un sédatif, a rapporté l'avocate.

"Le dossier médical ne semble justifier le recours à ce cocktail puissant, dont les doses augmentaient, que par la seule volonté de traiter un 'inconfort' des patients", a-t-elle ajouté.

"Aucune communication à la famille"

Dans une déclaration transmise à l'AFP, les quatre enfants affirment que "la mise en place de ces soins palliatifs n'avait fait l'objet d'aucune communication à la famille (contrairement à la législation en vigueur), mais surtout il apparaît qu'aucun diagnostic n'a été posé sur les patients dont l'état ne laissait pas apparaître la nécessité de tels protocoles".

En déposant plainte, ils souhaitent que "le corps médical en désaccord avec ces protocoles de mise en place de soins palliatifs injustifiés rompent le silence et que des réponses judiciaires soient apportées face à ces dysfonctionnements manifestes".

Contacté par l'AFP, le centre hospitalier de Plaisir n'a, pour le moment, pas donné suite à nos sollicitations.

F.R. avec AFP