BFM Paris

Covid-19: trois quarts des Franciliens se disent moralement fatigués par la situation sanitaire

Un an après le début de la crise sanitaire, seulement un tiers des habitants de la région déclarent avoir confiance pour les mois à venir, selon une étude publiée ce vendredi.

Quasiment 100 jours après le début de l’année et après de longs mois d’hiver marqués par les restrictions sanitaires, les Franciliens sont particulièrement éprouvés par la crise sanitaire. 76% des habitants d'Île-de-France se déclarent fatigués voire très fatigués moralement par la situation actuelle, selon une étude Yougov pour BFM Paris.

Ce niveau est sensiblement plus haut que dans les autres régions de l’Hexagone. "La région parisienne est la première de France a exprimer une lassitude", souligne Adam Chauchefoin, directeur de recherche chez YouGov.

À l’origine de ce ras-le-bol, des mois de mesures et de réglementations: couvre-feu, fermeture des commerces puis des écoles, interdictions de déplacement. Des restrictions qu’une large majorité de Franciliens (88%) affirme avoir bien respecté, même si elles ont chamboulé la vie quotidienne pour 70% des habitants.

Conséquence de la crise, 31% d'entre eux envisagent même de changer de vie lorsque la situation se sera améliorée, notamment en changeant de travail et en déménagement pour plus de vert et d'espace.

Beaucoup de Franciliens se sentent enfermés dans une routine éreintante. "On ne voit pas vraiment la fin. On n'imagine pas comment on va sortir de tout ça", explique une Francilienne au micro de BFM Paris. "Tout est en stand-by. C'est un peu une année blanche", déplore un autre.

"En fait, il n'y a pas de coupures, c'est tout le temps télétravail, maison, enfants" résume un père de famille.

Une perte d'espoir et d'envie

Cet abattement se traduit aussi par une perte d’espoir et d’envie. Seuls 34% des habitants de la région affichent leur confiance pour les mois à venir. C’est moins que l’ensemble des Français.

"Ils se sentent mélancoliques. Ils ont l'impression que le temps s'est rétrécie", indique Isabelle Pailleau, psychologue clinicienne du travail, qui évoque des symptômes comme "des difficultés d'endormissements et pour se lever".

Des Franciliens "courageux"

La psychologue insiste sur le fait de ne pas culpabiliser et de ne pas hésiter à exprimer ses états d’âme. Par ailleurs, si les jeunes sont fortement touchés, les parents le sont aussi de plus en plus.

"Je suis parent, je fais la logistique, je fais le repas plus que d'habitude parce qu'il n'y a pas de cantine, je dois télétravailler (...) c'est vraiment une charge mentale qui augmente" explique Isabelle Pailleau.

Malgré cette fatigue ressentie, les Franciliens semblent avoir encore de la ressource. Quatre habitants de la région sur dix expliquent ainsi se sentir courageux par rapport à la situation sanitaire actuelle. Un ressenti encore plus partagé chez les parents d'enfants de moins de 18 ans. Ils sont près de la moitié à s'estimer courageux.

L'enquête a été réalisée sur 1116 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus. Le sondage a été effectué en ligne, sur le panel propriétaire YouGov France du 1er au 2 avril 2021.

Célia Giusfredi, Jean-Baptiste Graziani et Alicia Foricher