BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

Attentats du 13-Novembre: un chirurgien de l'AP-HP met aux enchères la radio d'une blessée

Un chirurgien orthopédiste a mis en vente, sur un site d'enchères, la radio d'une survivante du Bataclan sur laquelle on peut apercevoir une balle de Kalachnikov, révèle "Mediapart".

2776,70 dollars, soit près de 2450 euros. C'est la somme que demandait le chirurgien Emmanuel Masmejean sur un site de vente aux enchères contre la radio d'une survivante du Bataclan, sur laquelle on peut apercevoir une balle de Kalachnikov, a rapporté samedi Mediapart.

Le média d'investigation indique avoir découvert cette image, baptisée Bataclan terrorist attack – November 13, 2015 – Paris, France, sur le profil de ce chirurgien orthopédiste réputé sur la plateforme OpenSea, qui permet de vendre et d'acheter des NFT, des jetons numériques permettant d'acquérir des œuvres d'art en ligne.

Dans sa description, il précise, selon Mediapart, être le "créateur" et le "propriétaire" de la radio et avoir opéré cette jeune patiente "qui a perdu son petit ami dans cette attaque" et "avait une fracture ouverte de l’avant-bras gauche avec une balle restante de Kalachnikov dans les tissus mous".

"Une vocation pédagogique"

Contacté, le professionnel, qui exerce à l’hôpital européen Georges-Pompidou de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), a affirmé à Mediapart qu'il utilisait le crypto-art "dans une vocation pédagogique, pour intéresser les gens". Il n'a demandé ni à l'AP-HP, ni à la patiente, leur autorisation dans la mise en vente de la radio. Une mise en vente qu'il dit regretter:

"Sur OpenSea, on ne peut que mettre en vente! Je regrette de l’avoir fait. Cette expérience n’est pas concluante, cela ne me satisfait pas. D’un point de vue éthique, je me suis moi-même posé la question... Si vous voulez me faire dire que c’est une erreur, c’est peut-être une erreur. En plus, ça m’a coûté de l’argent, c’est complètement débile!"

Après l'appel de Mediapart, le chirurgien a retiré le prix de l'image sur la plateforme de vente.

Un acte signalé à la justice

Samedi soir sur Twitter, Martin Hirsch, le directeur général de l'AP-HP, a diffusé le message qu'il a adressé à l'ensemble de ses équipes après les révélations du site d'enquête. Il y fait part de sa "plus vive indignation" et souligne que cet acte est "d'une gravité exceptionnelle".

"Un tel comportement est indigne et heurte notre conception du service public. Il serait scandaleux dans toutes circonstances et pour tout patient. Il prend une résonnance d'autant plus abjecte dans le contexte du procès en cours et de ce qu'ont enduré les victimes de ces attentats", assure-t-il.

Martin Hirsch a annoncé que le Conseil national de l'Ordre des médecins va être saisi. Cet acte sera également signalé à la justice, en application de l'article 40 du Code pénal, selon lequel tout fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République.

"Nous actionnerons toutes les voies de droit permettant d'en tirer les conséquences", promet-il à la fin de son message.

Clément Boutin Journaliste BFMTV