BFM Paris

Affaire Matzneff: Hidalgo maintient sa confiance à Girard, adjoint dont des élus verts demandent la suspension

Anne Hidalgo et son adjoint à la Culture Christophe Girard.

Anne Hidalgo et son adjoint à la Culture Christophe Girard. - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

A la veille d'une manifestation devant l'Hôtel de ville de Paris, l'édile a réaffirmé son soutien à son adjoint à la Culture, dont des élus municipaux demandent le départ en raison de ses "liens" avec l'écrivain Gabriel Matzneff, accusé de pédophilie.

"C'est un non-sujet". Anne Hidalgo, catégorique, a réitéré son soutien à son adjoint à la Culture, Christophe Girard, dans une interview accordée au Parisien ce mercredi. L'intéressé est visé par une demande de suspension émanant de plusieurs élus écologistes issus de la majorité du Conseil de Paris. Ces derniers, dans une lettre adressée à Anne Hidalgo lundi, lui reprochent ses "liens" avec l'écrivain, accusé de pédophilie. Ils participeront ce jeudi à une manifestation féministe au pied de l'Hôtel de Ville pour réclamer le départ de l'adjoint.

"Christophe Girard n’est ni de près ni de loin concerné par cette affaire. Il a été entendu comme témoin mais n’est visé par aucune plainte", a tenu à rappeler l'édile de la capitale. Les enquêteurs s'intéressaient au soutien financier dont l'écrivain a bénéficié dans les années 80 de la part de la maison Yves Saint Laurent, dont Christophe Girard était le secrétaire général. Et l'élue d'insister: "Il ne faut pas jouer avec des questions aussi graves sur la base de rumeurs, d’amalgames ou de boules puantes".

La tension était déjà montée début juillet, avant la nomination de l'adjoint. Cette fois, les écologistes, membres de la majorité, estiment que Christophe Girard ne peut pas rester en poste.

Des élus verts demandent l'ouverture d'une enquête

"Je ne comprends pas comment des féministes, comme des adjointes, comme la maire de Paris elle-même, peuvent prendre le risque d'avoir une nouvelle fois Christophe Girard comme adjoint. Ce que l'on demande, c'est à la fois la suspension immédiate de Christophe Girard et une enquête à ouvrir au sein de la ville de Paris, pour vérifier qu'aucun moyen de la ville n'a été mis à disposition de Gabriel Matzneff ou de sa valorisation", avait expliqué Raphaëlle Rémy-Leleu, élue écologiste au Conseil de Paris, lundi au micro de BFM Paris.

Premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire avait lui aussi réaffirmé son soutien à Christophe Girard, lundi. "Si tous les gens qui avaient croisé Gabriel Matzneff au cours de ces 40 dernières années devaient se retirer de toute fonction publique, la liste serait longue, avait-il souligné, avant d'insister sur le fait que l'adjoint "ne fait l'objet d'aucune investigation complémentaire".

Une manifestation prévue ce jeudi

Les signataires de la lettre adressée à Anne Hidalgo ont prévu d'être aux côtés d'associations féministes devant l'Hôtel de Ville jeudi lors d'un rassemblement en marge du Conseil de Paris avec pour mot d'ordre: "Pas d'adjoint à la culture du viol".

"Ces slogans sont diffamatoires à l’encontre de Christophe Girard en ce qu’ils assimilent celui-ci à un complice de pédo-criminalité", a réagi Delphine Meillet, l'avocate de l'adjoint à la Culture par l'intermédiaire d'un communiqué.

Cette dernière assure également qu'"une plainte avec constitution de partie civile en diffamation publique sera déposée dans les prochains jours entre les mains du Doyen des juges d’instruction de Paris. Aussi, toute personne relayant ces slogans sur les réseaux sociaux ou dans la rue sera poursuivie devant le tribunal judiciaire de Paris."

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions