BFM Paris

17 octobre 1961: le préfet de police de Paris rend hommage aux victimes, une première dans l'histoire

Le préfet de police de Paris Didier Lallement a déposé, ce dimanche matin, une gerbe de fleurs sur le pont Saint-Michel pour rendre hommage aux victimes du massacre du 17 octobre 1961.

Pour la première fois, un préfet de police a assisté, ce dimanche, aux cérémonies rendant hommage aux victimes du massacre du 17 octobre 1961. Didier Lallement était présent, aux alentours de 8h30, sur le pont Saint-Michel à Paris (6e arrondissement), pour déposer une gerbe de fleurs.

Samedi, à l'occasion de l'hommage qui se tenait à Colombes, dans les Hauts-de-Seine, Emmanuel Macron a dénoncé des "crimes inexcusables pour la République". Il est ainsi allé plus loin que la "sanglante répression" admise par François Hollande en 2012.

Une répression "brutale, violente, sanglante"

Le 17 octobre 1961, alors qu'une manifestation était organisée à Paris pour protester contre l'interdiction aux Algériens de sortir de chez eux après 20h30, une répression - "brutale, violente, sanglante", selon les mots de l'Elysée dans un communiqué - s'est abattue sur les manifestants.

"Près de 12.000 Algériens furent arrêtés et transférés dans des centres de tri au stade de Coubertin, au Palais des sports et dans d'autres lieux. Outre de nombreux blessés, plusieurs dizaines furent tués, leurs corps jetés dans la Seine. De nombreuses familles n'ont jamais retrouvé la dépouille de leurs proches, disparus cette nuit-là", a rappelé samedi la présidence française.
Clément Boutin Journaliste BFMTV