BFMTV

Un regain d'activité sismique en Savoie inquiète les habitants

Pas moins de 268 séismes ont secoué la vallée de la Maurienne, comme le montre cette carte.

Pas moins de 268 séismes ont secoué la vallée de la Maurienne, comme le montre cette carte. - Sismalp

Un "essaim sismique" est actif en Maurienne depuis 2015, relève le Sismalp, laboratoire de l'activité sismique alpine. Des secousses sans gravité, mais qui suscitent l'inquiétude des Savoyards.

Et une secousse de plus. Dans la nuit de vendredi à samedi en Savoie, un séisme d'une magnitude de 3,7 a été ressenti. Les Savoyards s'y habituent bon gré mal gré. Depuis 40 jours, le secteur de la vallée de la Maurienne a été frappé par 140 secousses, rapporte le Sismalp, laboratoire chargé de l'observation de la sismicité du massif.

Comme des tremblements de terre sont très rapprochés tant dans l'espace que dans le temps, les scientifiques parlent d'un "essaim sismique". Selon les relevés, cette activité se manifeste depuis 2015. S'il y a manifestement une montée en puissance du phénomène, "son évolution reste imprévisible, que ce soit une augmentation, un maintien ou une baisse de la sismicité", explique le laboratoire.

Heureusement, des séismes de cette intensité ne sont pas susceptibles de provoquer de gros dégâts. "Autour d'une magnitude de 5, (cette sismicité) peut générer quelques dégâts aux habitations", rappelle le Sismalp. Il est ici question de "chutes de tuiles, cheminées ou déstabilisation de pierres".

Inquiétude des autochtones

La commune de La Chapelle, dans la vallée de la Maurienne, est particulièrement exposée. Philippe Guégen, du réseau de surveillance Sismalp, confie à France 3 Auvergne-Rhône-Alpes qu'"il y a une différence de ressenti entre le jour et la nuit, mais on a dû entendre un gros boum et ressentir des vibrations".

A Europe 1, des habitants ont expliqué avoir cru que "tous les carreaux" allaient se briser. Quant au bruit, ça faisait "comme un orage qui vient de loin". Une réunion d'information a été organisée à la Chapelle à début octobre, rapporte Le Dauphiné (article payant). Pas de quoi totalement rassurer.

Pour mieux surveiller "l'essaim", cinq stations supplémentaires ont été installées les 25 et 26 octobre.

David Namias