BFMTV
Météo

Pourquoi ne peut-on pas parler de "vague de froid" malgré le week-end glacial qui s'annonce?

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - PHILIPPE HUGUEN © 2019 AFP

Pour qu'une "vague de froid" soit caractérisée, il faut notamment que la moyenne des températures reste sous la barre des -2°C durant toute une journée sur l'ensemble du pays.

Après un été caniculaire, marqué par de nombreux records de chaleur battus sur l'ensemble du pays, la France s'apprête à renouer avec des températures très froides ce week-end.

Alors que de fortes gelées se sont déjà manifestées cette semaine à Saint-Étienne ou à Clermont-Ferrand, le mercure doit encore descendre davantage samedi et dimanche, pour atteindre un niveau glacial.

>> Retrouvez toutes les prévisions météo sur BFM Météo

Un week-end glacial

Pour le dernier jour du week-end, les prévisionnistes annoncent -2°C à -5°C en plaine le matin. Sur l'est de la France et autour du Massif central, il pourra même faire jusqu'à -10°C.

Les côtes de la Méditerranée seront cependant épargnées par ces températures matinales glaciales, où les températures resteront autour des 4 degrés.

Les températures minimales prévues ce dimanche 11 décembre au matin
Les températures minimales prévues ce dimanche 11 décembre au matin © Capture d'écran

Un phénomène qui devrait durer jusqu'à au moins lundi, avec un mercure situé 5°C en dessous des normales de saison, et une moyenne des températures sur la journée stagnant à 0,5°C.

Selon Météo-France, un vaste système dépressionnaire en provenance d'Europe du Nord entretient actuellement une masse d'air froide et humide sur la moitié nord du pays, expliquant cette chute du mercure.

Trois critères à respecter

Mais attention au recours trop rapide à certains termes météorologiques. Les températures annoncées ce week-end ne permettent pour l'instant pas d'évoquer une "vague de froid", un phénomène bien spécifique, qui doit répondre à certains critères bien définis.

Comme le rappelle La Chaîne Météo, pour que le terme "vague de froid" soit employé par les météorologistes, trois caractéristiques sont à respecter.

D'abord, il faut que la température sur l'ensemble du pays soit inférieure aux normales de saison d'au moins 5°C. Ensuite, sur une journée, cette même moyenne des températures - mesurée dans 30 stations dispersées sur l'ensemble de la France - doit rester sous la barre des -2°C pendant au moins une journée. Enfin, durant trois jours consécutifs, la température moyenne nationale doit être inférieure à 0,9°C.

Plutôt un "coup de froid"

Bien que très froides, les températures annoncées dimanche et lundi ne permettent pas d'évoquer une "vague de froid". Notamment car le mercure ne doit pas passer sous la barre du 0°C le long des côtes de la Méditerranée et en Corse.

Depuis le début de la semaine, cette zone a été protégée par une dépression atlantique en provenance des Açores qui a fait remonter de l'air plus doux sur le Sud du pays, détaille Météo-France. La tendance observée ce week-end s'apparente donc plus à un "coup de froid".

Le mois de décembre le plus froid depuis 12 ans?

Ce dernier terme répond à des caractéristiques moins précises qu'une "vague de froid". Il suffit que des températures 2°C à 4°C en dessous des moyennes de saisons soient observées durant un à trois jours pour qu'un "coup de froid" soit caractérisé.

La tendance froide observée ces derniers jours n'est pas amenée à disparaître dans l'immédiat. Selon La Chaîne Météo, les températures négatives pourront durer sur une partie du pays jusqu'au 15 décembre. Décembre 2022 pourrait même être au final négatif dans l'ensemble. Il deviendrait ainsi le mois de décembre le plus froid depuis 2010.

Kévin Floury, avec Jules Fresard