BFMTV

Orages, inondations: la France durement touchée

Les grêle et les orages se sont abattus sur une vingtaine de départements français.

Les grêle et les orages se sont abattus sur une vingtaine de départements français. - BFMTV

Dans la vingtaine de départements concernés ce week-end par une alerte orange aux orages et aux fortes pluies, un mort et des blessés sont à déplorer.

Les orages violents et les inondations qui ont concerné jusqu'à 24 départements ont fait plusieurs victimes ce week-end, en majorité des enfants. L'un d'eux, de 3 ans est mort dimanche dans l'Yonne après l'inondation du sous-sol du pavillon familial. Huit autres ont été blessés à Paris samedi après-midi à Paris.

Outre les victimes, de nombreux dégâts matériels ont été recensés, particulièrement dans des vignobles touchés par la grêle. Dans plusieurs villes de France, certaines rues se sont transformées en torrent.

> L'enfant de 3 ans aurait glissé

L'accident s'est produit dans dimanche après-midi après-midi sur la commune de Saint-Martin-d'Ordon, près de Sens. L'enfant aurait glissé et serait tombé dans des eaux boueuses du sous-sol. Il a été retrouvé en arrêt cardio-respiratoire par les pompiers qui intervenaient dans le quartier où de nombreux sous-sols étaient inondés, selon les pompiers et la préfecture de l'Yonne. Une enquête est ouverte pour déterminer les causes de l'accident.

Un important épisode pluvieux a traversé la France ce week-end, une vingtaine de départements ayant été placés en vigilance orange par Météo France, ce qui n'a pas été le cas de l'Yonne.

> Onze personnes foudroyées à Paris

Onze personnes, dont huit enfants de 7 à 8 ans qui fêtaient un anniversaire, ont été blessées par la foudre, dont une grièvement, samedi après-midi au parc Monceau à Paris, frappé par un violent orage.

"C'est en allant se mettre à l'abri, quand ils étaient encore à proximité d'un arbre", que la foudre a frappé le groupe, vers 15h30, avait expliqué le commandant Eric Moulin, porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris.

Cinq des 11 personnes blessées par la foudre samedi au parc Monceau à Paris étaient toujours hospitalisées dimanche après-midi, les six autres ayant pu sortir de l'hôpital, a-t-on appris auprès de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). L'AP-HP s'est refusée à toute autre précision. En fin de journée samedi, le directeur du Samu de Paris, le Professeur Pierre Carli, avait donné des nouvelles rassurantes des blessés. Un seul enfant, dans un état grave, se trouvait alors en réanimation, avait-il dit pendant un point de presse à l'hôpital pour enfants Necker, où une cellule médico-psychologique avait été mise à la disposition des familles.

> De nombreux vignobles touchés par la grêle

Les hostilités avaient commencé vendredi soir. Des orages de grêle avaient déjà touché les départements de la Charente et de l'Yonne, provoquant des dégâts sur les vignobles de Cognac, Chablis, Beaujolais et Madiran. Les vignes ont été touchées avant même l'alerte de Méteo France.

"Les feuilles et les grappes sont hachées, il n'y a plus que les tiges" car, "avant floraison", la vigne est "très tendre", se désole Bernard Malabirade, viticulteur dans le Madiran. Et dans les zones touchées, "les bois sont tellement abîmés que c'est même la récolte 2017 qui est menacée".

Frédéric Gueguen, président de l'appellation des producteurs de Chablis, est lui au bord des larmes à la vue de ses parcelles décharnées. Les feuilles et les raisins sont à terre dans la quasi-totalité de son domaine. "Les impacts les plus forts se trouvent en Bourgogne et en Charente", rapporte Jérôme Despey, président du conseil vin de l'établissement public FranceAgriMer.

"On le voit, il y a de plus en plus d'orages importants et de phénomènes météo violents. Alors il faut inciter les viticulteurs à s'assurer. Il y a aujourd'hui des systèmes qui coûtent entre 30 et 100 euros par mois à l'hectare", souligne Jérôme Despey.

Actuellement, seuls 15% des 800.000 hectares de vignes françaises sont assurés.

> Le trafic ferroviaire interrompu

Sur les rails, les intempéries on soupçonne les intempéries d'être à l'origine de deux incidents en 48 heures. Le trafic des trains a été interrompu pendant près de deux heures dimanche matin à Paris-Montparnasse en raison d'une panne. Comme vendredi soir, la gare Montparnasse s'est emplie de voyageurs, dépités mais calmes, prenant d'assaut les sièges disponibles, jusqu'aux cabines de photos d'identité.

Automatiquement arrêté par sécurité à partir de 8h40, le trafic a progressivement repris à partir de 10h30. En cause: un composant électronique défectueux des installations de contrôle des équipements de voie de la gare, qui a dû être changé par les équipes de SNCF Réseau en milieu de matinée pour permettre au trafic de repartir.

"Une carte (électronique) a été remplacée et le trafic reprend progressivement", a déclaré sur place aux journalistes Sean Clairin, directeur de crise à la SNCF. Il y a "peut-être un lien" entre la défaillance du composant électronique et les violents orages qui ont frappé la région parisienne samedi, a-t-il ajouté.

Lundi matin, pratiquement toutes les alertes orange à l'exception d'une dernière en Vendée étaient levées.

D. N. et AFP