BFMTV

Neige: la circulation reprend sur l'autoroute A40, où 2500 automobilistes ont été bloqués

Quelque 2500 automobilistes sont restés bloqués mardi sur l'autoroute A40 à la hauteur de Bellegarde, dans l'Ain. Après une longue nuit, la situation a commencé à se dénouer ce mercredi matin.

La météo capricieuse a fait d'eux des naufragés de la route. Quelque 2500 automobilistes sont restés coincés pendant plusieurs heures sur l'autoroute A40 ce mardi, empêtrés dans une trentaine de centimètres de neige par endroits. La circulation a progressivement repris dans la nuit.

"C'est long, c'est difficile. Le manque d'information est vraiment pesant", décrit à BFMTV une femme bloquée au volant de sa voiture. "J'ai pas mis les pneus neige, si la voie se libère je ne sais même pas si je pourrai bouger", s'inquiète un autre.

Gendarmes, déneigeuse et Croix-Rouge

La préfète du département de l'Ain, Catherine de la Robertie, explique à BFMTV que les véhicules ont été pris de court par un épisode neigeux dont l'intensité s'est avérée supérieure aux prévisions de Météo-France.

"C'est pour cela que les premiers camions qui se sont engagés n'étaient pas équipés et se sont mis en travers" des voies.

A 4h30 du matin, plusieurs centaines de poids-lourds étaient toujours bloqués par un arrêté préfectoral. Un centre d'hébergement ainsi qu'un gymnase avec des lits de camp a été ouvert en urgence pour accueillir les naufragés de la route.

La circulation reprend progressivement

Grâce au travail des déneigeuses et une fois certains camions dégagés, la centaine de gendarmes mobilisés a pu commencer à aider les autres véhicules à reprendre la route.

"On essaie de récupérer tous les véhicules légers, de les évacuer du réseau autoroutier afin de ne pas avoir trop de naufragés. Ca commence à se débloquer", indique ce mercredi matin le major de la gendarmerie de l'Ain.

Après les véhicules légers, les poids lourds commencent eux aussi à quitter les lieux ce mercredi matin, même si la circulation reste difficile et limitée à une seule voie selon notre envoyé spécial.

Antoine Forestier avec Ambre Lepoivre