BFMTV

Météo: vague de froid et neige à basse altitude

A la mi-octobre, des températures de fin novembre. Une vague de froid assez vif s'est abattue sur la France. Elle s'accompagne de premières neiges et de premières gelées tandis que les chauffages collectifs tardent à être rallumés.

Jusqu'à 8 degrés en dessous des normales de saison. La vague de froid a pris de l'avance cette année. Dans certaines régions, les températures de l'après-midi devraient, en théorie, être celles observées le matin. Les premières gelées se sont manifestées jeudi matin dans l’Oise, la Nièvre, la Creuse et le Loir-et-Cher.

Les minimales varieront de 1 à 5 degrés des frontières belges à l'Aquitaine, de 6 à 9 degrés de la Bretagne à l'ensemble de la façade atlantique et de 8 à 12 degrés en bord de Méditerranée.

De la neige à basse altitude

Conséquence de cette vague de froid, la neige est de retour. Cinq centimètres sont tombés en Allemagne où les premiers frimas ont surpris quelques automobilistes. Un manteau blanc est aussi tombé sur la République Tchèque et la Belgique.

En France, quelques flocons pourront être observés du côté des Ardennes, sur le Limousin et l'Auvergne. Des averses neigeuses toucheront le Massif central dès 600 mètres d'altitude, contre 800 m dans les Vosges et 1.000 mètres dans les Alpes.

Seules la Corse et la côte, des Landes à la Provence sont épargnées par la vague de froid. Attention toutefois car des vents forts, avec des rafales atteignant 90km/h, voire 100-110 km/h, sont attendus sur le cap Corse.

Froid en avance, chauffages collectifs en retard

Conséquence cette baisse précoce des températures, les occupants de résidences chauffées par une centrale thermique collective doivent prendre leur mal en patience et se réchauffer avec des appareils d'appoint.

Dans certains appartements de la région parisienne, le thermomètre dépasse difficilement les 10 degrés, en attendant que les centrales thermiques soient rallumées. Et la loi n'est pas du côté de ceux qui claquent des dents.

"Les périodes de chauffe ne sont pas prévues par la loi. Elles sont, soit fixées dans le règlement de propriété, soit décidées en assemblée des copropriétaires", précise Alberto Rodriguez, juriste de l'association de consommateurs CLCV.

A moins de se lancer dans une procédure qui promet d'être compliquée.

D. N.