BFMTV

Inondations dans le sud-ouest: premier bilan

Les dégâts sont considérables, comme ici à Villelongue (Hautes-Pyrénées).

Les dégâts sont considérables, comme ici à Villelongue (Hautes-Pyrénées). - -

BMTV.com fait le point, deux jours après le début des inondations qui ont causé d'importants dégâts en Aquitaine et Midi-Pyrénées.

Trois morts et des millions d'euros de dégâts, voici le premier bilan des crues qui ont ravagé les départements de Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques et Landes. BFMTV.com fait les comptes.

> Bilan humain: 3 morts et des milliers de personnes évacuées

Trois personnes sont mortes lors des inondations. Mardi soir, une septuagénaire a été emportée par une vague du gave de Pau. Elle est décédée à Pierrefitte-Nestalas (Hautes-Pyrénées). Mercredi matin, c'est un homme de 75 ans est mort à Luz-Saint-Sauveur (Hautes-Pyrénées), emporté par les eaux du torrent de L'Yse. Jeudi matin, enfin, une femme de 54 ans a été retrouvée morte au volant de sa voiture à demi-immergée à Peyrehorade (Landes).

Les crues du gave de Pau et les torrents pyrénéens ont obligé de 2500 personnes à évacuer leur domicile ou les lieux de villégiature où ils se trouvaient. Des campings ont dû être évacués près de Pau, près de Bagnères-de-Luchon, à Luchon, à Lourdes. Le village de Saint-Béast, par exemple, a été entièrement coupé du monde.

> 500 millions d'euros de dégâts agricoles

Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, a estimé que les dégâts agricoles liés aux intempéries pourraient dépasser les 500 millions d'euros.

"Il faudra affiner tout ça mais on estime aujourd'hui que ça (les dégâts) pourra se monter à plus de 500 millions d'euros parce qu'il y a près de 300.000 hectares en France qui sont aujourd'hui ou bien détruits ou alors qui n'ont pas pu être semés. Et a 1500 euros l'hectare, ça va très vite", a-t-il déclaré sur Europe 1.

> Lourdes: une facture à plus de 5 millions d'euros?

La basse-ville de Lourdes où se trouvent les sanctuaires a été recouverte d'eau et de boue. Les pélerins ont donc dû être évacués et les sanctuaires ne seront que partiellement rouverts.

Les dommages sont "colossaux", a indiqué Thierry Castillo, économe diocésain de Lourdes. Les autorités religieuses craignent que la facture soit sans commune mesure avec celle des crues d'octobre qui avaient déjà coûté 2,5 millions d'euros, selon Le Figaro qui estime le montant à 5 millions d'euros auxquels il faudrait ajouter "1 million d'euros de manque à gagner par semaine de fermeture".

> Un bilan financier global pas encore estimé

"À ce stade, il est encore trop tôt pour faire un bilan chiffré des sinistres occasionnés" a indiqué la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA) qui explique que "les assureurs sont déjà à pied d'oeuvre sans attendre les arrêtés ministériels de catastrophe naturelle."

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, a annoncé que l'état de catastrophe naturelle sera reconnu "dès la semaine prochaine", François Hollande annonçant des "financements exceptionnels". Mais attention, pour les victimes, à bien faire sa déclaration auprès des assurances.

V.D. avec AFP