BFMTV
Météo

Crue de la Seine: les lacs réservoirs sont pleins

Ces ouvrages sont censés limiter la crue de la Seine. Mais ils ont leurs limites. Actuellement, ils sont presque tous remplis à ras bord.

Les lacs réservoirs censés limiter l'ampleur des crues de la Seine ne peuvent réguler au-delà de leur contenance. Jeudi, deux des principaux ouvrages sont pleins à ras bord et deux autres en passe de l'être. Conséquence directe, ils sont, comme l'affirme à BFMTV le directeur de l'appui aux territoires Seine Grands Lacs Pascal Goujard, "transparents" d'un point de vue hydraulique. Autrement dit, ils ne recueillent, ni ne rejettent plus d'eau.

En aval, rien ne retient plus les eaux et si une lente décrue de la Seine reste d'actualité à Paris, la Normandie doit faire face à de multiples débordements, comme à Rouen. Un regain de précipitations n'a pas arrangé la situation alors que jeudi, encore 11 départements sont placés en vigilance orange.

Un "nouvel ouvrage" contre les crues?

Comment éviter ou atténuer ces crues? Mardi, le président du comité de bassin Seine-Normandie François Sauvadet a appelé à construire un "nouvel ouvrage" pour retenir les eaux du fleuve. Aujourd'hui, le cas de Paris et des communes de l'Ile-de-France doit être considéré avec la plus grande urgence. La question de la construction d'un nouvel ouvrage est essentielle", a jugé François Sauvadet dans un communiqué, appelant à accélérer "le projet de casiers de la Bassée".

Ce projet, à l'étude sur un tronçon de la vallée de la Seine situé à la confluence Seine-Yonne, consisterait à aménager des réservoirs de rétention, utilisés à l'occasion de crues pour diminuer le niveau de l'eau, en complément des "quatre grands lacs réservoirs en amont du bassin de la Seine".

Le président du comité de bassin a par ailleurs appelé à conduire "des actions de fond", comme "la désimperméabilisation des surfaces" ou encore "la limitation de la construction en zone inondable".

D. N. avec Anne-Sophie Warmont et AFP