BFMTV

"C'était l'apocalypse": à Roquebillière, une maison emportée d'un coup par la crue de la Vésubie

Grégory Leclerc, journaliste à Nice-Matin, a raconté sur l'antenne de BFMTV avoir vu une maison emportée par les flots, avec ses occupants à l'intérieur, ce vendredi lors des intempéries à Roquebillière.

"Hier à Roquebillière, c'était apocalyptique, cataclysmique", a confié sur notre antenne ce samedi Grégory Leclerc, journaliste à Nice-Matin. Le reporter, qui couvre les violentes intempéries dans le sud-est depuis vendredi, a expliqué avoir été surpris par l'ampleur des intempéries, avec des "lames d'eau qui s'abattaient sur l'arrière-pays" comme il en a "rarement" vu.

"Quand on est arrivés dans le vieux village de Roquebillière, un riverain a hélé un pompier qui était en voiture devant moi et lui a demandé des nouvelles d'un couple. On est donc partis en reconnaissance avec ce pompier et on a découvert ce qui ressemble à peu près à l'apocalypse, la rivière était devenu un fleuve, complètement bouillonnant", a-t-il raconté.

"Les fondations ont cédé et emmené devant nous les deux occupants"

Le journaliste a expliqué que "deux maisons" étaient "au milieu de ce fleuve", dont une "vidée de ses occupants", ainsi qu'une "toute petite bicoque d'un étage".

"À cet etage, dans la salle à manger, il y avait un couple réfugié derrière ses fenêtres et qui faisaient des signes avec une petite loupiote. Leur maison était bousculée par les flots, ça tapait sur l'arrière de la maison de façon extrêmement violente et malheureusement, au bout d'une demi-heure on a vu la première maison partir, emportée par les flots. Une heure et demie après, sous nos yeux, la petite bicoque a cédé d'un coup, les fondations ont cédé et emmené devant nous les deux occupants et la maison dans les flots", a confié le journaliste.

"Une catastrophe", a-t-il ajouté sur Twitter.

"Ils n'ont pas voulu évacuer"

Patrick Theus, 54 ans, habitant de ce village des Alpes du Sud, aux portes du parc national du Mercantour, à une heure de Nice environ, a confié à l'Agence France-Presse (AFP) avoir vu les pompiers et les gendarmes demander au couple d'octogénaires d'évacuer, "mais ils n'ont pas voulu".

"Les pompiers n'ayant pas assez de corde longue, et même avec nos cordes à nous on ne pouvait pas arriver à la maison, donc pour les sortir c'était trop tard, puis la maison a été emportée d'un coup", a raconté le quinquagénaire.

Jean Castex et Gérald Darmanin sur place

Selon nos informations, 18 personnes sont toujours recherchées par les secours, dont deux pompiers, après des crues qualifiées d'exceptionnelles; 8 sont officiellement portées disparues, d'après les pompiers, qui sont par ailleurs sans nouvelles de 10 autres personnes. Un gendarme, porté disparu depuis vendredi soir, a été retrouvé "sain et sauf" ce samedi matin.

Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sont arrivés ce samedi en milieu de journée à Nice. Ils doivent notamment survoler en hélicoptère les zones fortement touchées par les intempéries dans les Alpes-Maritimes.

Fanny Rocher