BFMTV

Après le Languedoc-Roussillon, de violents orages attendus sur la Provence et la Corse

Les précipitations devraient s'atténuer dans la nuit de samedi à dimanche

Les précipitations devraient s'atténuer dans la nuit de samedi à dimanche - (photo d'illustration) - AFP

Ce mercredi, les orages devaient se concentrer en fin d'après-midi et en soirée sur la Provence et la Corse.

Hélitreuillages dans le secteur de Béziers, chaussées inondées à Montpellier, circulation des trains perturbée: après avoir balayé le Languedoc-Roussillon, les orages devaient se concentrer en fin d'après-midi et en soirée sur la Provence et la Corse.

Trois départements étaient encore concernés par la vigilance orange ce mercredi soir, après 22 heures: l'Hérault pour crues, ainsi que le Var et la Haute-Corse pour orages et inondations.

Dans l'après-midi, déjà, Météo-France avait étendu sa vigilance orange à la Haute-Corse dans l'après-midi, l'a maintenue pour cinq départements (Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Gard, Var et Vaucluse), mais l'avait levée pour les autres départements d'Occitanie frappés plus tôt. 

"Cela fait plusieurs années qu'on n'a pas vu un mouvement de pluie aussi large, qui concerne (une zone) de l'Espagne à la France, sur aussi peu de temps", a souligné le préfet de l'Hérault Jacques Witkowski. "Plus de 310 litres d'eau par mètre carré se sont abattus" sur les environs de Béziers, la zone la plus touchée de ce département, a-t-il précisé.

Dans le Var, la ligne orageuse est peu mobile ce qui peut provoquer des inondations. il est tombé en moins de 4 heures près de 121 mm d'eau au Castellet.

carte.png
carte.png © -

Plus de 1000 personnes évacuées dans l'Hérault

Sous une pluie intense et des vents violents, plus de 1000 personnes ont été évacuées dans l'Hérault, sur des routes ou chez elles. "Les sapeurs-pompiers ont procédé à plus de 130 sauvetages dont un peu plus de 20 hélitreuillages", a précisé le préfet, qui a fait état de coupures de courant localisées.

Dans le centre de Montpellier, l'accumulation d'eau rendait la circulation difficile et quatre personnes ont été assistées après s'être réfugiées sur des toits de voitures dans des rues où l'eau est montée brusquement. La toiture d'une salle de sport s'est effondrée, dans le nord de la ville, sans faire de blessé, selon les pompiers.

Les cours ont été annulés sur deux sites de l'Université Paul-Valéry et la circulation des tramways et bus a été perturbée voire stoppée sur certains axes. Celle des trains a été interrompue à 15H00 entre Narbonne et Montpellier, puis sur la Côte Bleue entre Marseille et Miramas. 

Vagues et vents violents 

Dans les prochaines heures les orages devraient s'étendre au littoral de Paca, accompagnés de vents violents, et "des phénomènes locaux de tornade ne sont pas à exclure", selon Météo France. La Haute-Corse, elle, serait touchée dans la nuit avec des cumuls atteignant localement 150 mm.

À Marseille, un arbre a chuté sur la chaussée d'une avenue et la mairie a fermé par précaution parcs et jardins. Les pompiers des Bouches-du-Rhône ont procédé à 80 interventions. Dans les Alpes-Maritimes, où les vagues devraient atteindre 3 mètres, la route littorale était coupée à 16h30 entre Antibes et Villeneuve-Loubet. Il est déconseillé de s'aventurer sur la Promenade des Anglais à Nice.

Plus tôt, c'est le littoral des Pyrénées-Orientales, qui avait été touché, avec une douzaine de départementales fermées ou coupées et l'inondation à Saint-Cyprien des rues menant au front de mer. Dix personnes ont dû être relogées suite à une mini tornade.

Dans l'Aude, deux campings ont été évacués à titre préventif mardi soir. Quant au port de Port-la-Nouvelle, second port pétrolier de la Méditerranée française, il est resté fermé mercredi. Dans ce département, endeuillé il y a un an par un épisode méditerranéen similaire qui avait fait 14 morts, les rafales de vent qui évitent un "phénomène cumulatif" et l'anticipation ont cette année fait la différence, a relevé le colonel Arnaud Wilm, chef adjoint du Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (COGIC). 

C.Bo. avec AFP