BFMTV

53 départements français en alerte sécheresse

La sécheresse s'installe en France avec 53 départements en alerte ou alerte renforcée ce vendredi contre 45 jeudi. Une situation qui oblige à restreindre parfois l'accès aux nappes phréatiques.

Plus de la moitié des départements de l'Hexagone sont placés ce vendredi en alerte sécheresse. 53 départements de la France métropolitaine font face à un manque d'approvisionnement en eau. Parmi ces derniers, 13 sont actuellement placés en vigilance rouge dont l'Allier, le Loiret, la Vendée ou encore la Dordogne.

La carte de vigilance sécheresse du 24 juillet 2020
La carte de vigilance sécheresse du 24 juillet 2020 © Propluvia

Une situation délicate pour Emma Haziza, experte en adaptation face au changement climatique.

"On fait face à un historique ces dernières années qui n'a fait que s'accélérer avec des nappes souterraines mises en tension année après année voire même des zones qui sont totalement taries", observe l'hydrologue.

Jusqu'à -70% de pluie au cours du mois de juillet

Si les températures de ce mois de juillet sont dans les normales de saison, il y a toutefois eu jusqu'à -70% de pluie sur certains territoires. À cela s'ajoute un temps extrêmement ensoleillé au cours de ce printemps qui a connu des températures bien au-dessus de la normale.

Pour les départements les plus touchés, seuls les prélèvements permettant d'assurer "l'exercice des usages prioritaires" (à savoir la santé, la salubrité publique, la sécurité publique et l'alimentation en eau potable) sont autorisés. Une centaine d'arrêtés préfectoraux ont d'ailleurs été pris dans plusieurs régions du pays.

Une carte pour anticiper les épisodes de sécheresse

Pour les autres territoires touchés par la sécheresse, des restrictions sont aussi mises en place, notamment pour l'usage d'eau à des fins agricoles, l'arrosage d'espaces verts ou encore le lavage de véhicules.

Une carte a été mise en place cette année par le gouvernement pour lister les départements les plus à risque face à la sécheresse estivale. Une mesure prise après des températures record relevées au cours de l'année 2019 en Europe

"Cette année, la différence c'est qu'il n'y a pas de canicule. On a des températures saisonnières dans la moyenne", constate Emma Haziza, "il y a une amorce de prise de conscience et c'est déjà quelque chose de positif".
Hugues Garnier Journaliste BFMTV