BFMTV

Yémen: 26 soldats tués par des missiles rebelles à l'est de Sanaa

Un soldat des forces gouvernementales du Yémen, le 11 janvier 2017 à Dhubab

Un soldat des forces gouvernementales du Yémen, le 11 janvier 2017 à Dhubab - SALEH AL-OBEIDI, AFP/Archives

Au moins 26 soldats des forces pro-gouvernement ont été tués et 40 autres blessés par des tirs de missiles rebelles vendredi contre la mosquée d'un camp militaire à l'est de Sanaa, a annoncé l'hôpital de la ville de Marib.

L'attaque, revendiquée par les rebelles sur leur agence de presse, a visé, pendant la prière hebdomadaire, la mosquée du camp de Kofel de la sous-préfecture de Sarwah qui dépend de la province de Marib, selon une source militaire loyaliste.

Attaque suivie par des tirs d'artillerie

L'attaque a été menée par des missiles de type Katioucha, a précisé un responsable de la 3ème Zone militaire basée dans la province de Marib, dont une bonne partie a été reprise par les forces pro-gouvernementales. Sarwah se situe dans la partie occidentale de cette province qui jouxte à l'est celle de Sanaa contrôlée par les rebelles Houthis. Le bilan des morts et des blessés a été annoncé par l'hôpital général de Marib à l'issue de l'évacuation des victimes qui a pris plusieurs heures.

Sur l'agence Saba qu'ils contrôlent, les rebelles Houthis ont affirmé que l'attaque avait été menée contre le camp de Kofel à l'aide de missiles de type "Zilzal-1" et suivie par des tirs d'artillerie.

Ligne de front figée

"Des dizaines de corps de soldats carbonisés ont été évacués des lieux" et un appel à la collecte du sang a été lancée à Marib, écrit l'agence, sans jamais dire qu'une mosquée a été prise pour cible.

La ligne de front dans la région de Sarwah est figée depuis des mois, les forces gouvernementales n'arrivant pas à effectuer une percée significative en direction de la capitale Sanaa tenue par les rebelles et leurs alliés, les partisans de l'ancien président Ali Abdallah Saleh.

G.D. avec AFP