BFMTV

USA : l’ouragan Sandy se rapproche de la côte est

La tempête Isaac, en août dernier aux Etats-Unis

La tempête Isaac, en août dernier aux Etats-Unis - -

Ce lundi, l’ouragan Sandy pourrait frapper la côte est des Etats-Unis. A New-York, où la ville est paralysée, les habitants se préparent. « Il n’y a pas moyen de circuler en ville, je vais rester à la maison et travailler tranquillement », raconte un Français expatrié.

On l’appelle Superstorm, Monsterstorm, ou encore Frankenstorm… La tempête qui s’approche de la côte est des Etats-Unis pour Halloween a été affublée de tous les sobriquets. Sandy, de son vrai nom, devrait atteindre les côtes américaines ce lundi matin, ou au plus tard mardi matin. Le président américain Barack Obama a appelé dimanche soir à prendre « très au sérieux » le danger potentiel de l'ouragan et de suivre les conseils de précaution.
Inondations, mer déchaînée, ses premiers effets se sont fait ressentir dès dimanche, avec des vents qui soufflaient déjà à plus de 120 km/h. Sandy a déjà fait 66 morts sur son passage dans les Caraïbes.

New-York paralysée

Dans le New-Jersey et le Delaware, l'évacuation des zones côtières a été ordonnée face au risque d'inondations, accru par les forts coefficients de marées.
A New-York, les habitants se calfeutrent et se préparent à affronter l'ouragan. Près de 375 000 habitants ont été évacués, de nombreuses écoles sont fermées, les transports publics sont à l'arrêt et l'aéroport tourne au ralenti. Les autorités ont appelé les habitants à faire des provisions en eau et en nourriture, mais aussi en lampes torches, pour faire face aux pannes d'électricité qui pourraient survenir.

« Il y a la queue dans les supermarchés »

« Les gens se préparent à une journée où on reste chez soi, raconte Philippe Manteau, un Français installé à Brooklyn depuis une dizaine d’années. Il y a la queue dans les supermarchés, il faut prévoir de l’eau, des lampes électriques, de quoi tenir deux jours. Je vais faire bien attention à ce que tout ce qui peut s’envoler soit bien attaché, on sait que ça peut être dangereux. Mais on peut être prudents… dans le calme », résume-t-il, ne voyant pas de réel signe de panique dans la population.

« On en a vu, des ouragans ! »

Richard Ortoli, avocat à New York et conseiller à l'assemblée des Français de l'étranger, a acheté « suffisamment de nourriture pour trois jours ». Ensuite, il n’y a plus qu’à attendre. « J’ai enlevé les meubles de la terrasse, il n’y a rien d’autre à faire. Il n’y a pas moyen de circuler en ville, je vais rester à la maison et travailler tranquillement. On en a vu des ouragans ici, et jusqu’à maintenant, il n’y a pas eu de dégâts énormes ».

M. Chaillot avec Stéphanie Collié