BFMTV

Une collection de 75 objets nazis découverte à Buenos Aires

De gauche à droite, Hitler, goering, Goebbels, et Hess. (Photo d'illustration)

De gauche à droite, Hitler, goering, Goebbels, et Hess. (Photo d'illustration) - U.S. National Archives and Records Administration via Wikimedia Creative Commons

Soixante-quinze articles exaltant le régime nazi ont été découverts par la police dans une maison de la banlieue nord de Buenos Aires, en Argentine.

C'est dans une galerie d'art de Buenos Aires qu'une opération conjointe de policiers argentins et d'Interpol a permis de découvrir une collection de bibelots nazis, rapporte Mashable. Après qu'on a identifié dans cette galerie des œuvres d'art connues pour avoir été spoliées par les hommes du régime hitlérien, les enquêteurs ont lancé une filature.

Un instrument pour mesurer les crânes

Le 8 juin, celle-ci les a amenés à pénétrer, au cours d'une perquisition, dans l'enceinte d'une maison de la banlieue nord de Buenos Aires. Bientôt, les policiers se sont retrouvés face à une imposante bibliothèque. Et ils ont eu raison de s'y intéresser: les enfilades de livres dissimulaient en fait un passage donnant accès à une pièce remplie de 75 objets nazis. "Des pièces originales", a assuré la ministre de la Sécurité argentine Patricia Bullrich qui a annoncé la volonté du gouvernement de faire don de cette collection, jusqu'alors clandestine, au Musée de l'Holocauste de Buenos Aires. On a dénombré entre autres des bustes d'Hitler, un aigle nazi, des jouets pour enfant déclinant cette même doctrine, une loupe, qui à en juger par une photo montrant le dictateur en sa possession, a appartenu personnellement au dictateur. 

Un ustensile pseudo-médical s'avère l'une des pièces les plus frappantes de l'ensemble: un instrument servant à mesurer les crânes. Pour les historiens, l'origine exacte de cet instrument glaçant est encore incertaine. Mais ils penchent pour que cette collection ait été convoyée par un ancien dignitaire nazi durant sa fuite hors d'Allemagne vers l'Amérique latine.

Un réseau d'exfiltration

Dans les dernières semaines de la guerre, et dans les années qui ont suivi, officiers ou cadres politiques allemands avaient parfois pu bénéficier de programmes d'exfiltration pour échapper à leurs responsabilités, aux procès et à la prison. L'un d'entre eux, le réseau ODESSA, a permis à un certain nombre d'entre eux de gagner le continent sud-américain.

Adolf Eichmann, l'un des grands ordonnateurs de la déportation des juifs vers les camps de la mort, et le docteur Joseph Mengele, médecin affecté à celui d'Auschwitz qui y accomplit des expériences criminelles, font partie des plus célèbres nazis étant passés en Argentine. 

Robin Verner