BFMTV

Une bombe fait deux blessés et des dégâts à Athènes

Une bombe de forte puissance a explosé jeudi devant la prison principale d'Athènes, faisant deux blessés légers et endommageant des dizaines de boutiques et d'habitations,. /Photo prise le 13 mai 2010/REUTERS/John Kolesidis

Une bombe de forte puissance a explosé jeudi devant la prison principale d'Athènes, faisant deux blessés légers et endommageant des dizaines de boutiques et d'habitations,. /Photo prise le 13 mai 2010/REUTERS/John Kolesidis - -

ATHENES - Une bombe de forte puissance a explosé jeudi devant la prison principale d'Athènes, faisant deux blessés légers et endommageant des...

ATHENES (Reuters) - Une bombe de forte puissance a explosé jeudi devant la prison principale d'Athènes, faisant deux blessés légers et endommageant des dizaines de boutiques et d'habitations, rapporte la police grecque.

Selon un responsable de police, la bombe avait été posée dans une benne à ordures près du mur de la prison de haute sécurité de Korydallos, où sont notamment incarcérés des membres du groupe de guérilla urbaine 17-Novembre.

Un homme et une femme ont été légèrement blessés par des bris de verre. L'explosion a été entendue dans un rayon de plusieurs kilomètres, a rapporté un journaliste de Reuters.

"C'était une bombe très puissante, probablement la plus forte que nous ayons connue depuis des années, mais nous avions évacué le secteur", a dit le responsable de police.

Un correspondant non identifié avait averti une chaîne de télévision et un journal du pays qu'une bombe allait exploser devant l'établissement pénitentiaire dans un délai de quelques minutes. La police a aussitôt fait évacuer les lieux et l'engin a explosé vers 19h15 GMT.

"Nous avons dénombré jusqu'ici 55 boutiques et habitations endommagées dans un rayon de plusieurs pâtés de maisons", a indiqué le responsable de police.

Les vitres de la plupart des bâtiments ont volé en éclats.

La police juge possible que l'attentat soit un acte de solidarité avec six membres présumés du groupe de guérilla le plus actif du pays, Lutte révolutionnaire. Plusieurs de ses membres supposés ont été arrêtés et inculpés le mois dernier.

Les attentats à l'explosif commis par des groupes d'extrême gauche sont fréquents en Grèce, où ils visent en général la police, des bâtiments publics ou des locaux commerciaux.

En mars, un adolescent immigré de 15 ans avait été tué par l'explosion d'une bombe devant un immeuble du centre d'Athènes. Sa mère et sa soeur avaient été blessées. Il s'agissait du premier attentat causant mort d'homme depuis plusieurs années dans le pays.

La violence urbaine s'est aggravée en Grèce depuis qu'un adolescent a été abattu par la police en décembre 2008 dans la capitale, ce qui avait provoqué de violentes émeutes.

Des troubles sociaux ont aussi éclaté après les mesures d'austérité prises par le gouvernement grec pour contribuer à sortir le pays de la crise où l'a plongé son endettement.

Dina Kyriakidou et Angeliki Koutantou, Philippe Bas-Rabérin pour le service français