BFMTV

Un vice-Premier ministre de Crimée entre dans l'UE, malgré l'interdiction

Vladimir Poutine, président russe, et son homologue Petro Porochenko (à droite) à Milan lors d'un mini-sommet sur l'Ukraine.

Vladimir Poutine, président russe, et son homologue Petro Porochenko (à droite) à Milan lors d'un mini-sommet sur l'Ukraine. - Daniel Dal Zennaro - AFP

Un vice-Premier ministre de Crimée, bien qu'indésirable dans l'UE, a réussi à venir cette semaine à Varsovie pour une conférence de l'OSCE, grâce à la transcription modifiée de son nom sur son passeport russe, selon la télévision publique polonaise.

Dmitri Polonski, l'un des organisateurs de l'annexion de la Crimée par Moscou l'an dernier, figure sur la liste noire de l'Union européenne en tant qu'Ukrainien. Le système d'information Schengen contient cette liste de noms, transcrits en alphabet latin, mais l'orthographe russe et ukrainienne peuvent être différentes.

"C'était une erreur fatale", a commenté le chef de la diplomatie polonaise Grzegorz Schetyna, en réponse à une réaction indignée de l'ambassade d'Ukraine à Varsovie. Son ministère a assuré n'avoir pas délivré de visa à ce membre du gouvernement prorusse de la péninsule de Crimée. Une porte-parole de l'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe, Lauren Baranowski, a confirmé la présence de Polonski à ses débats mercredi, en tant que "représentant de la population de Crimée".

Lui-même a envoyé aux médias sa photo dans la salle des débats. L'Union européenne avait décidé à la mi-septembre de prolonger jusqu'au 15 mars 2016 les sanctions décrétées contre des personnalités russes et des chefs rebelles de l'est de l'Ukraine pour leur implication dans le conflit. Ces sanctions visent 149 personnes et 37 entités, privées de visa pour l'UE et dont les avoirs ont été gelés.

la rédaction avec AFP