BFMTV

Un retraité sauve par téléphone des centaines de migrants en mer

Un retraité romain a sauvé des centaines de migrants avec son téléphone - Jeudi 31 mars 2016

Un retraité romain a sauvé des centaines de migrants avec son téléphone - Jeudi 31 mars 2016 - Image d'illustration - Louisa Gouliamaki - AFP

Un retraité romain sauve 600 migrants embarqués sur plusieurs bateaux de fortune après un appel passé depuis un téléphone satellitaire.

Un retraité romain a aidé à sauver des centaines de migrants en Méditerranée après avoir reçu un appel par téléphone satellitaire d'un bateau en détresse dans le canal de Sicile, rapporté jeudi un journal italien.

Mardi à six heures du matin, le téléphone a réveillé dans son sommeil cet homme de 66 ans. "Je ne pouvais saisir un seul mot, on m'appelait en anglais, en français, je n'avais pas idée de ce qu'ils voulaient ainsi à l'aube", a-t-il raconté au quotidien Corriere della Sera, affirmant avoir reçu plusieurs appels successifs provenant du même numéro, sans comprendre.

Croyant qu'il s'agissait de harcèlement, et après avoir raccroché plusieurs fois, le retraité s'est finalement décidé à appeler la police. Mais, quand les deux policiers sont arrivés et qu'un nouvel appel est arrivé, ils ont compris qu'il s'agissait d'un SOS.

5 embarcations surchargées

Ils "pouvaient entendre la mer, le vent, et le bruit d'un moteur de bateau" dans l'écouteur, a rapporté le quotidien. Ils ont alors aussitôt alerté les gardes-côtes qui ont retrouvé l'origine de l'appel. Ceux-ci ont rapidement découvert cinq embarcations surchargées et provenant de Libye à la dérive, transportant un total de 600 migrants.

L'homme qui appelait d'un téléphone satellitaire avait composé des numéros au hasard avec le préfixe de Rome, jusqu'à ce que quelqu'un finalement réponde. Les gardes-côtes italiens ont annoncé mardi avoir sauvé plus de 1.500 migrants, lors de onze opérations différentes dans le canal de Sicile, en l'espace de quelques jours, alors que les départs en provenance de Libye s'intensifient.

A.-F. L. avec AFP