BFMTV

Un livre anonyme, écrit par un haut responsable, critique durement la gestion de Trump aux États-Unis

Donald Trump lors d'une prise de parole au Club Economique de New York, le 12 novembre 2019, à New York

Donald Trump lors d'une prise de parole au Club Economique de New York, le 12 novembre 2019, à New York - Brendan Smialowski / AFP

Dans un livre qui devrait être publié en France en février, le locataire de la Maison-Blanche est décrit comme "enfant de 12 ans dans une tour de contrôle."

En plus d’une procédure de destitution qui fragilise ce qu'il reste de son mandat, le président des États-Unis Donald Trump va également devoir composer avec un brûlot, sorti ce mardi outre-Atlantique. D'auteur anonyme, ce livre de 259 pages nommé A Warning (Un avertissement, ndlr), aurait, selon Ouest-France, qui s’est procuré les bonnes feuilles, été écrit par un haut responsable de son administration.

Trump "appuie sur tous les boutons" 

Et la description qui y est faite de l’actuel locataire de la Maison-Blanche est incendiaire. Parmi les différentes critiques, l’auteur se laisse aller à certaines comparaisons sans équivoque.

"C’est comme si vous vous présentiez à la maison de retraite à l’aube pour retrouver votre oncle âgé qui court sans pantalon dans la cour et jure fort à propos de la nourriture de la cantine, alors que des employés inquiets essayent de l’attraper […] Vous êtes abasourdi, amusé et gêné en même temps", peut-on par exemple lire.

Dans la suite de l’ouvrage, qui devrait paraître en France en février prochain, Donald Trump est également qualifié comme un "enfant de 12 ans dans une tour de contrôle, qui appuie sur tous les boutons de manière erratique."

Toutefois, l’auteur, qui assure avoir voté pour l’actuel président en 2016, est contre un départ précipité de ce dernier afin d’éviter les désunions.

La mise en garde du ministère de la Justice 

Logiquement, cette publication a été plutôt mal vue pas l’administration Trump. Selon le magazine professionnel Publishers Weekly, le ministère américain de la Justice a averti récemment l'éditeur américain (Twelve, une maison d'édition de Grand Central Publishing, filiale d'Hachette Book Group) et l'agent de l'auteur anonyme que A Warning pourrait violer un accord de confidentialité.

Le ministère de la Justice a demandé à l'éditeur, selon le magazine américain, de certifier que l'auteur n'a pas signé un tel accord, ni n'a eu accès à des documents classés confidentiels. Il demandait également que Hachette Book Group et les agents de l'auteur lui fournissent toute copie d'un éventuel accord de confidentialité ainsi que le nom du service gouvernemental auquel l'auteur est rattaché, de même que les périodes durant lesquelles il a été employé par le gouvernement fédéral.

Dans sa réponse, citée par Publishers Weekly, l'avocate de l'éditeur, Carol Ross, affirmait que Hachette Book Group n'est pas lié au gouvernement par un accord de confidentialité qui nécessiterait une validation du manuscrit préalable à sa publication.

Les accusations se multiplient 

"Hachette s'est engagé à respecter la confidentialité de l'auteur, et nous avons pour intention de respecter cet engagement", soulignait l'avocate avant de conclure: "Hachette décline respectueusement de vous fournir les informations que votre lettre demande."

Toujours selon Publishers Weekly, l'agence Javelin, qui représente l'auteur anonyme, a déclaré:

"Notre auteur sait que le président est déterminé à démasquer les lanceurs d'alerte qui se trouvent dans son entourage. Mais nous soutenons l'éditeur dans sa volonté de publier le livre malgré les efforts de l'administration pour intimider et révéler l'identité du responsable qui a constaté la mauvaise gestion de ce gouvernement au plus haut niveau."

Depuis maintenant plusieurs semaines, Donald Trump est visé par plusieurs livres qui le mettent directement gravement en cause dans différentes affaires. Dernier en date, en octobre dernier, l’ouvrage All the President's Women: Donald Trump and the Making of a Predator (Les femmes du président: Donald Trump et la fabrication d’un prédateur, ndlr) écrit par le réalisateur Barry Levine et la journaliste Monique El-Faizy. Le président des États-Unis y est accusé d’agression sexuelle par 26 femmes.

Hugo Septier avec AFP