BFMTV

Un attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne?

La Commission européenne aurait été dans le collimateur de jihadistes.

La Commission européenne aurait été dans le collimateur de jihadistes. - Emmanuelle Dunand - AFP

D'après un média néerlandais, plusieurs personnes arrêtées samedi en Belgique, suspectées d'être des jihadistes, auraient été sur le point de commettre un attentat à Bruxelles.

La Commission européenne était-elle dans le collimateur de terroristes? L'institution a indiqué, ce dimanche, ne pas avoir connaissance de menaces jihadistes, en réaction à des informations de presse selon lesquelles son siège à Bruxelles pourrait être la cible de combattants extrémistes retour de Syrie.

"La Commission n'a reçu aucune information sur des menaces spécifiques", a déclaré un porte-parole, renvoyant pour toute autre demande sur les autorités locales. Interrogé, un porte-parole du Parquet à Bruxelles a toutefois refusé de s'exprimer sur la question.

Plusieurs arrestations samedi

Toutefois, les autorités belges ont confirmé samedi avoir procédé à plusieurs arrestations dans le but d'empêcher des jihadistes de commettre des attentats. Cette même journée, la chaîne de radio-télévision néerlandaise publique NOS avait indiqué que au moins deux des personnes arrêtées par les autorités belges venaient de La Haye.

"Ils préparaient un attentat. L'une des cibles était le bâtiment de la Commission européenne à Bruxelles", avait affirmé NOS, citant des sources anonymes. "Les commissaires n'étaient pas visés individuellement. L'action devait ressembler à l'attaque du Musée juif (...) avec pour objectif de tuer un maximum de personnes", a ajouté le média néerlandais.

Des milliers de fonctionnaires

Le suspect dans l'attentat du Musée juif de Bruxelles au mois de mai, qui a fait quatre morts, est le Français Mehdi Nemmouche, qui avait passé plus d'un an en Syrie dans les rangs des extrémistes islamistes et qui est actuellement détenu en Belgique sous l'accusation de "meurtre lié à une entreprise terroriste".

Les bâtiments de la Commission à Bruxelles abritent plusieurs milliers de fonctionnaires dont les hauts responsables de la gestion au quotidien de l'Union et de ses 28 pays. Bruxelles abrite également le siège de l'Otan et de plusieurs autres sociétés et organisations internationales mais les mesures de sécurité sont discrètes.

400 Belges en Syrie

On estime à 400 le nombre de personnes de nationalité belge qui sont allées se battre en Syrie, dont environ 90 sont rentrées, selon L'Echo. La Belgique, comme d'autres pays européens, s'inquiète du nombre croissant de ses ressortissants qui vont combattre en Syrie et en Irak et risquent de rentrer au pays encore plus endurcis et radicalisés.

Jé. M., avec AFP