BFMTV

Ukraine: "On a une vingtaine de tables d'opération prêtes", expliquent les manifestants

Kiev en proie à la violence entre le pouvoir et les manifestants pro-européens.

Kiev en proie à la violence entre le pouvoir et les manifestants pro-européens. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le président ukrainien a annoncé mercredi soir avoir conclu une "trêve" avec l'opposition, quelques heures avant une réunion extraordinaire des ministres de l'Union européenne. Les manifestants, eux, restent vigilants.

S'il y a une trêve à Kiev entre le pouvoir en place et les manifestants pro-européen, l'opposition reste sur ses gardes derrière ce qu'il reste de barricades. La présidence a fait état d'un accord sur "l'ouverture de négociations destinées à mettre un terme au bain de sang, et à stabiliser la situation au sein de l'Etat, dans l'intérêt de la paix sociale".

Après les graves violences qui ont fait 28 morts mardi soir puis dans la nuit de mardi à mercredi, le face-à-face tendu s'est poursuivi dans la nuit de mercredi à jeudi entre manifestants antigouvernementaux et policiers anti-émeutes dans la capitale Kiev, où les ministres des Affaires étrangères français (Laurent Fabius), allemand (Frank-Walter Steinmeier) et polonais (Radoslaw Sikorski) doivent être reçus ce jeudi matin par le président Viktor Ianoukovitch avant gagner Bruxelles pour la réunion dans l'après-midi des chefs de la diplomatie des 28 pays de l'UE.

"On se prépare à réagir"

Mais dans la rue, face à la police, les manifestants restent d'une grande vigilance et sont prudent à l'écoute des annonces de trêve. Les opposants restent même extrêmement mobilisés. La cathédrale s'est transformée en camps retranché. "On nous donne des médicaments, de la nourriture, tout ce dont on a besoin".

De leur côté les docteurs se préparent a de prochains assauts. "On se prépare à réagir. On a vingt tables prêtes et tout le matériel nécessaire est là". Et ce ne sont pas les bras qui manquent. Beaucoup de mère de famille sont devenues de redoutables infirmières à force de voir et d'aider les médecins. (Voir la vidéo)

La rédaction