BFMTV

Ukraine: les premières heures du cessez-le-feu

Négociations à Minsk, en Biélorussie, entre représentants de l'Ukraine, des séparatistes prorusses, de Moscou et de l'OSCE, ce vendredi 5 septembre 2014.

Négociations à Minsk, en Biélorussie, entre représentants de l'Ukraine, des séparatistes prorusses, de Moscou et de l'OSCE, ce vendredi 5 septembre 2014. - Vasily Maximov - AFP

Un accord de cessez-le-feu a été trouvé à Minsk entre les Ukrainiens et les séparatistes prorusses. Il est entré en vigueur à 18 heures locales. Ce qui n'a pas empêché l'UE de voter de nouvelles sanctions contre Moscou.

Un accord sur un cessez-le-feu a été signé vendredi à Minsk entre Kiev et les séparatistes prorusses. Celui-ci est entré en vigueur à 18 heures locales (17 heures françaises). Dans la soirée, aucun tir ni bruit d'explosion n'avait été entendu dans l'est de l'Ukraine, théâtre des combats qui ont fait près de 2.600 morts depuis avril.

"Le cessez-le-feu se fonde sur un accord trouvé lors de ma conversation téléphonique avec le président russe Poutine", a déclaré après son entrée en vigueur le président ukrainien Petro Porochenko. "Je pense que c'est désormais notre responsabilité commune de le faire durer longtemps."

Les prorusses toujours pour la sécession

Pour autant, les rebelles prorusses n'ont pas abandonné leur volonté de faire sécession avec l'Ukraine. La signature du cessez-le-feu? "Cela ne veut pas dire que nous avons renoncé à nous séparer", a déclaré à la presse le "Premier ministre" de la République populaire autoproclamée de Lougansk.

Car les rebelles savent qu'après leur avancée victorieuse ces dernières semaines, aidées selon les Occidentaux par des militaires russes, le cessez-le-feu est susceptible d'entériner pour l'Ukraine la perte de plusieurs villes de l'Est.

Même si une représentante de l'OSCE précisait vendredi soir que les négociateurs (Russie, Ukraine, séparatistes et OSCE) étaient parvenus à un accord sur le "retrait des troupes".

Nouvelles sanctions contre Moscou

Les Occidentaux n'entendent donc pas relâcher leur vigilance et leur pression sur Moscou. Le président Barack Obama a tout de suite averti que le cessez-le-feu devait être suivi d'effets "sur le terrain". Quant aux dirigeants de l'UE, ils ont approuvé vendredi soir de nouvelles sanctions économiques contre la Russie pour atteinte à la souveraineté de l'Ukraine. Les ambassadeurs des 28, réunis à Bruxelles, "ont approuvé un paquet de mesures restrictives" contre Moscou, selon une source diplomatique, dont le texte sera finalisé pendant le week-end.

D. N. et M. T. avec AFP