BFMTV

Tuerie de Liège : 4 morts et plus de 120 blessés

Place Saint Lambert, à Liège, en Belgique, où un tireur isolé a ouvert le feu et lancé des grenades mardi, faisant 5 morts et 125 blessés, avant de se suicider.

Place Saint Lambert, à Liège, en Belgique, où un tireur isolé a ouvert le feu et lancé des grenades mardi, faisant 5 morts et 125 blessés, avant de se suicider. - -

La Belgique est en état de choc après la tuerie qui a endeuillé hier mardi la ville de Liège. Le dernier bilan provisoire fait état de 4 morts, dont le tireur, et 125 blessés, la plupart touchés par des éclats de verre des abribus. Reportage et témoignages sur place.

Un tireur isolé a ouvert le feu et lancé des grenades mardi sur la place principale de Liège, dans l'est de la Belgique, faisant 4 morts et 125 blessés, avant de se suicider. Les victimes sont deux adolescents de 15 et 17 ans, une femme de 75 ans et un bébé de 17 mois.
Et ce mercredi matin, on apprend, via le parquet de Liège, que les policiers ont découvert le corps d'une femme de 45 ans dans un hangar appartenant au tireur, Nordine Amrani. Celui-ci aurait aussi versé une importante somme d'argent sur le compte en banque de sa compagne. De quoi ajouter au mystère.
Seule certitude, Nordine Amrani avait déjà eu affaire à la justice belge une vingtaine de fois.

Condamné en 2008 à 4 ans de prison...

Agé de 33 ans, il avait été condamné en 2008 à 4 ans de prison pour détention d'armes et culture de cannabis. Chez lui les policiers avaient notamment retrouvé un lance-roquettes et 9500 pièces d'armes.
Convoqué hier mardi pour une audition dans un service de police, au lieu de s'y rendre, il est allé en plein cœur de Liège en treillis et lourdement armé (fusil automatique, revolver, grenades), avant d'ouvrir le feu hier vers 12h30, sur les passants, à proximité d'un marché de Noël très fréquenté, puis de se suicider en se tirant une balle dans la tête. Reportage à Liège.

« Il était décidé, immobile, il tirait, tirait… »

Salvator est agent de sécurité dans un magasin situé sur la place centrale de Liège. Il se trouvait seulement à quelques mètres de la fusillade : « J’ai vu une personne avec une mitraillette, une arme automatique. Il était décidé, immobile, il tirait, il tirait… Il voulait faire mal.
Alors j’ai pris les gens autour de moi, les ai mis en sécurité dans le magasin, en fermant le volet métallique, et puis la police a pris le relai ».

Natacha, une voisine du tireur témoigne

Natacha travaille au Quick qui se trouve sur la Place, elle était juste à côté de la fusillade. Elle s'est ensuite rendue compte qu'elle habitait dans le même immeuble que le tireur : « On a entendu de gros bruits sourds, de grenades, on a vu les gens courir, pris de frayeur. On s’est barricadés dans le Quick. Et ensuite, je suis rentrée chez moi, croyant que j’allais un peu souffler, mais la police a frappé à ma porte pour me dire que c’était mon voisin. Je ne sais pas si je l’ai déjà vu, je ne sais pas à quoi il ressemble. Mais voilà, maintenant il est mort ».

« Avec moi il a toujours été super, souriant… »

Depuis sa sortie de prison il y a 14 mois, Nordine Amrani vivait au 4e étage d'un immeuble avec sa compagne, une infirmière. Et il avait tissé des liens avec certains voisins, comme cette dame : « Avec moi en tous cas il a toujours été super : un grand sourire, un grand bonjour… Vous vous rendez compte, ce jeune homme qui a tué des gens et s’est tué lui-même… Je ne comprends rien ! ».
D'après la procureure, Nordine Amrani n'était pas du tout connu pour des actions terroristes.