BFMTV

Trump, climat, guerre nucléaire: le philosophe Noam Chomsky prédit un avenir sombre

Noam Chomsky, linguiste et philosophe américain, en 2012

Noam Chomsky, linguiste et philosophe américain, en 2012 - Virginie Montet - AFP

Le philosophe et linguiste américain Noam Chomsky a dressé un sombre portrait de l'avenir de l'humanité lors d'un passage à Paris. Selon l'intellectuel, connu pour son engagement à gauche, la menace nucléaire n'a jamais été aussi grande.

Il dresse un sombre portrait de l'avenir. Selon Noam Chomsky, célèbre linguiste et philosophe américain qui était de passage en France, les menaces qui pèsent sur l'humanité sont grandes.

"Le 8 novembre 2016 marque la fin du monde"

Lors d'une conférence organisée à Paris mercredi au Centre Wallonie-Bruxelles, l'intellectuel connu pour son engagement à gauche, et qui devait dans un premier temps s'exprimer à l'Assemblée nationale, a dénoncé l'élection de Donald Trump aux États-Unis. Le penseur s'est inquiété du "déni total" du parti républicain américain et a qualifié de "désastre probable" la future politique qui sera menée à la Maison Blanche dans les prochains mois.

"Nous avons toutes les raisons de penser que le 8 novembre 2016 marque la fin du monde tel que nous le connaissons. Mais pas pour les raisons auxquelles on pourrait croire", a déclaré le philosophe, comme le rapporte le site des Inrocks.

"L'une des périodes les plus dangereuses de l'ère nucléaire"

Le philosophe s'est également inquiété du risque d'affrontement nucléaire. "Actuellement, nous vivons dans l'une des périodes les plus dangereuses de l'ère nucléaire", a-t-il assuré, évoquant une "escalade", comme entre les États-Unis et la Russie ou l'Inde et le Pakistan. Selon Noam Chomsky, ces deux derniers États sont "deux puissances nucléaires" qui "vont probablement bientôt faire face à d'importantes pénuries d'eau".

"Sachant que les deux pays sont déjà proches du conflit, le manque d'eau pourrait être l'élément déclencheur. Et tout cela pourrait rapidement se transformer en guerre nucléaire, avec des conséquences désastreuses pour la région ou pire, si l'arme nucléaire est utilisée à grande échelle."

Autre sujet d'inquiétude pour le philosophe: le réchauffement climatique. Il craint qu'avec l'élection de Donald Trump, l'accord de Paris ne soit remis en cause. Et a conclu:

"Ce sont des soucis urgents, auxquels nous devons nous attaquer frontalement et traiter rapidement, si nous voulons espérer un futur décent."

Céline Hussonnois-Alaya