BFMTV

Suède: une étudiante jugée pour avoir tenté d'empêcher l'expulsion d'un demandeur d'asile

Elin Errson durant son action

Elin Errson durant son action - YouTube / Elin Errson

La jeune femme avait retardé le décollage d'un avion dans lequel se trouvait un quinquagénaire afghan.

En juillet dernier, Elin Errson, une étudiante suédoise, avait divisé l’opinion publique de son pays de par son acte de contestation. Comme le rapportait alors The Guardian, la jeune femme avait empêché le décollage d’un avion depuis l’aéroport de Göteborg, dans lequel se trouvait un demandeur d’asile afghan de 52 ans qui devait être expulsé du pays scandinave.

Au courant de cette situation, Elin avait acheté un billet pour le même vol dans l’espoir de retarder son départ, voire de l’annuler. Une fois dans l’appareil, cette dernière avait refusé de s’asseoir à son siège, malgré les injonctions du personnel de bord, rendant impossible le décollage. La jeune femme s’était filmée au moment des faits, montrant certains passagers qui l’applaudissaient. D’autres, moins sensibles à l’acte, avaient tenté de lui arracher son smartphone.

"Je refuse de m'asseoir tant que cet homme n'est pas sorti de l'avion. Qu'est ce qui est le plus important, une vie ou ton temps? Je veux qu'il descende de cet avion car il ne sera pas en sécurité en Afghanistan" avait-elle lancé.

Finalement, le demandeur d'asile avait été débarqué.

Jusqu'à six mois de prison

Si des potentielles poursuites judiciaires avaient été évoquées au moment des faits, celles-ci semblent devenir bien réelles trois mois plus tard. Ce vendredi, le procureur de la ville de Göteborg a en effet annoncé l’ouverture de poursuites pour "violation de lois aériennes" suédoises. Pour cela, elle encourt une amende et une peine de prison pouvant aller jusqu’à six mois.

Comme il l’a expliqué dans un mail que le média américain Times a pu consulter, son avocat, Thomas Fridh, ne l’entend pas de cette oreille:

"Pendant toute la scène, ma cliente était prête à se soumettre aux injonctions du personnel, et elle a quitté l’appareil dès que le pilote lui a demandé."

De son côté, la jeune femme ne regrette pas son geste. "J’ai fait ce que j’ai pu pour sauver la vie d’un homme. Un retour en Afghanistan aurait été synonyme de mort pour lui."

Malgré ses efforts, l’homme a été expulsé du pays quelques jours plus tard.

Hugo Septier