BFMTV

Silvio berlusconi estime divorcer à des conditions équitables

Dans une interview destinée à un livre, Silvio Berlusconi considère qu'il est parvenu à un accord de séparation "équitable" avec sa femme Veronica (photo), qui recevra une pension alimentaire de 300.000 euros par mois. /Photo d'archives/REUTERS/Remo Casil

Dans une interview destinée à un livre, Silvio Berlusconi considère qu'il est parvenu à un accord de séparation "équitable" avec sa femme Veronica (photo), qui recevra une pension alimentaire de 300.000 euros par mois. /Photo d'archives/REUTERS/Remo Casil - -

Dans une interview destinée à un livre, Silvio Berlusconi considère qu'il est parvenu à un accord de séparation "équitable" avec sa femme Veronica...

ROME (Reuters) - Dans une interview destinée à un livre, Silvio Berlusconi considère qu'il est parvenu à un accord de séparation "équitable" avec sa femme Veronica, qui recevra une pension alimentaire de 300.000 euros par mois.

Veronica Lario avait demandé le divorce l'an dernier après avoir accusé le dirigeant conservateur d'avoir noué une liaison avec une jeune fille de 17 ans.

Elle avait réclamé une pension mensuelle de 3,5 millions d'euros avant de réviser ses exigences, Berlusconi ayant accepté de lui laisser une luxueuse villa dans les environs de Milan et de payer les 20 membres de son personnel.

Le livre où figure l'interview paraîtra cette semaine. Dans les extraits qui en sont publiés lundi, Berlusconi, qui est âgé de 73 ans, se dit attristé par son divorce mais juge les termes de l'accord honnêtes.

"Veronica est une femme qui surveille ses dépenses, toute sa fortune (100 millions d'euros) reviendra à nos enfants", dit-il.

Veronica Lario, 53 ans, avait annoncé son intention d'engager une procédure de divorce contre "Il Cavaliere" en mai 2009, après que Berlusconi eut pris part à une fête qui marquait le 18e anniversaire du mannequin Noémi Letizia à Naples.

Elle avait déclaré à la presse qu'elle ne pouvait plus vivre avec un homme "qui fréquente des mineures".

Le magnat de l'audiovisuel passé à la politique a nié toute idylle avec la jeune Napolitaine, mais il a été impliqué ensuite dans un autre scandale, une call-girl ayant dit avoir passé la nuit avec lui et avoir été payée pour participer à des soirées à sa résidence romaine. Berlusconi a dit n'avoir jamais payé pour des relations sexuelles.

En vertu de la législation italienne, une procédure de divorce ne peut intervenir que trois ans après la séparation légale.

On ignore quelles dispositions ont été prises pour les trois enfants du couple séparé, qui sont âgés de 21, 23 et 25 ans. Le président du Conseil, deuxième homme le plus riche d'Italie, a eu deux autres enfants d'un premier mariage, qui jouent des rôles en vue dans son empire audiovisuel.

Silvia Aloisi, Philippe Bas-Rabérin pour le service français